A Hero’s Death: une ode au Rock britannique

Seulement 1 an après la sortie de leur album Dogrel, les 5 jeunes membres de Fontaines DC reviennent avec un nouvel opus : A Hero's Death. Un vinyle que nous avons pu écouter en boucle. Du coup, nous avons décidé de vous en faire une critique détaillée et sans langue de bois.

Fontaines DC

Non, le Rock britannique n'est pas mort. Fontaines DC le confirme aisément avec ce second opus. Le 12 avril 2019, sortait Dogrel. Un album évocateur de l'Irlande, de la Grande Bretagne, de Temple Bar, de la flotte et averses irlandaises, des marées de Dun Laoghaire Harbour et de la véritable Guiness. Bref, une oeuvre qui faisait naviguer et voyager au nord-ouest de l’Europe sous un fond rock.

Il était donc osé de sortir 1 an après un album. On imagine déjà une oeuvre sans fond, trop rapidement exécutée, pas assez façonnée et fabriquée pour l'industrie musicale.

Pourtant, Fontaines DC ne déçoit pas du tout, bien au contraire. A Hero's Death est sans doute la meilleure sortie Rock de l'année.

A Hero's Death

Ce qui est prodigieux et stupéfiant dans cet album, c'est l'alliance d'une multitude de styles ayant marqué l'épopée du Rock britannique: David Bowie, Joy Division, The Smith, Oasis et j'en passe. L'oeuvre possède ce côté hybride, hétéroclite.

Il s'agit de la même chose quand il faut parler de l'énergie de ce vinyle qui renferme des balades tendres et délicates mais aussi des morceaux électrisants qui donnent l'envie de gesticuler dans une salle débordante et saturée à la moiteur et à la sueur du public.


A Hero’s Death est tout simplement un voyage spacio-temporel. Une promenade de la très fertile époque berlinoise de Bowie. D'ailleurs, le titre de l'album en est très évocateur : Hero's Death qui est pour moi un clin d'oeil au morceau Heroes composé par Bowie et Brian Eno. En passant par l'obscure et ténébreuse page de la cold wave des mancuniens de Joy Division ( d'ailleurs, le visuel de l'album me fait fortement penser à Closer) , la Britpop de Oasis et finissant par l'influence du quatuor musical de Manchester : The Smiths.

David Bowie à Berlin en 1987 I © Denis O'Regan/Getty

Le style hétéroclite de l'album aurait pu tourner à un immangeable Shepherd's pie industriel mais c'est là où le talent de Fontaines DC fait mouche. Les morceaux s’enchaînent, s'agencent et se coordonnent parfaitement tout au long de l'opus. Sous l'impulsion de l'accent irlandais de Grian Chatten, des admirables sets de batterie de Tom Coll et des antiques vibrations des guitares et basses évoquant le vieux rock de l'époque, l'équilibre est parfait. A Hero’s Death est tout simplement magistral.


Sous la canicule et la fournaise d'un mois d'août commencé, Fontaines DC nous pond un opus qui ramène un vent de fraîcheur doux et mélodieux de mer d'Irlande. Là où l'industrie musicale nous offre des tubes fleurant le sable chaud et le soleil, le groupe nous propose un aller-retour rock'n'roll dans les falaises de Cliffs of Moher.

Alors, éteignez la climatisation, sortez un verre de Ardbeg ( c'est Ecossais, mais c'est bon) et fermez les yeux.


L'album est dispo chez Total Heaven


Instagram I Facebook I Ecouter l'album


Nicolas Jolfre I 04.08.2020