Ahoy : dans la peau d'une bénévole

Mis à jour : 10 juin 2018

Festival de musique pop, électro, house, situé entre l’Iboat et la Base sous-marine, Ahoy est né à l’initiative de l’Iboat et Trafic, créant tout un complexe pour accueillir l’évènement.



Plusieurs sites aménagés


Le site extérieur, « la dalle du Pertuis » comptait une scène au bord de la Garonne et un chapiteau, qui ont pu mettre en lumière des artistes comme Otzeki, 10LEC6 du label Ed Banger, Flamingods ou Laake et son piano électronisant.


Le deuxième site, « à l’ombre de la base », accueillait des collectifs tels que Super Daronne, 45 tours mon amour, A l’eau dj set ou encore Get wet party, assurant des sets sous un soleil de feu. Il y en avait pour tous les goûts : danser ou se prélasser sur les transats en sirotant un spritz ou en se rafraichissant d’un granité de chez Fernand et Paulette. Aussi, les nombreux food trucks comme El Taco Del Diablo, Pastavore, Yedi Tepe pour les spécialités turques et Tata Yoyo pour les desserts glacés entre autres, comblaient les petits creux du soir ou du midi.



Le village accueillait aussi de nombreux stands proposant des activités diverses et variées : atelier DIY chez Sostrene Greene, shopping chez les friperies Black Mamba ou contemplation devant les expositions de photographies de Pauline Roquefeuil ou Alex Peneau.


Ahoy côté club


Enfin, les soirées se terminaient à l’Iboat, pour célébrer un festival qui dure jusqu’au lever du jour ou bien à la Base Sous Marine où le français Rone et l’américain Kerri Chandler ont fait vibrer le vendredi et le samedi soir ce lieu psychédélique et mystérieux.

Ce qui est certain, c’est que le festival Ahoy a relevé son défi : donner un accès en journée à prix libre, pour permettre à tous de vivre cette expérience musicale comme il l’entend.


Mon expérience en tant que bénévole  


Pour moi, tout a démarré avec un formulaire. Des coordonnées. Une réponse. Une aventure qui commence : je suis désormais bénévole pour un festival. Cette fois-ci, c’était donc pour Ahoy, aux Bassins à Flots, à Bordeaux.


L’avantage avec le bénévolat, c’est que tu peux découvrir tout un monde musical gratuitement grâce à tes petites mains et ta bonne volonté. D’une aide au bar, au démontage, à l’accueil du public ou des artistes, tout est indispensable pour faire tourner un festival. L’avantage, c’est que tu travailles toujours en équipe dans ce genre de mission, et que des roulements se font souvent ; tu peux donc toujours goûter à l’ambiance festivalière.


Pour Ahoy, j’ai été commissionnée à la fermeture, ce qui permet de profiter amplement des concerts toute la soirée et de rejoindre tes amis pour ranger activement, dans la bonne humeur.


Le bénévolat, une expérience à vivre !


Toutefois, l’aventure a débuté bien avant Ahoy : en juin dernier, c’est le festival Vie Sauvage (que je recommande amplement) à Bourg-sur-Gironde qui m’a ouvert ses portes. Ma mission était d’aider les chefs cuisiniers dans la préparation des repas pour les bénévoles (car oui, en tant que bénévole, tu es nourri comme un petit roi). C’est en septembre que j’ai été affectée à une tâche plus complexe : celle d’accueil artistes au festival Climax à Bordeaux. Cette expérience follissime te fait entrer dans la danse en une seconde, tu es derrière le décor, tu es la clef d’une organisation précise. Tu as donc beaucoup de responsabilités pour un bénévole et ces souvenirs resteront à jamais gravés dans ta tête.


Mais n’oublie pas qu’offrir sa contribution bénévolement, c’est aussi donner pour recevoir. En effet, en tant que bénévole, tu rencontres, sympathises, coopères, profites, avec des personnes qui sont aussi importantes pour le festival que toi. Tout le monde est au même niveau et œuvre pour un même but : la musique. Alors, toi aussi, tente l’expérience !


Facebook - Site internet

Eva Pons I 07/06/2018

© Eva Pons