Avant-première de "Le petit peuple du potager"

Dernière mise à jour : 18 févr.

Le 12 février avait lieu au cinéma Utopia la projection en avant-première du documentaire néo-aquitain Le petit peuple du potager ( Grenouilles Production ) diffusé sur Arte en juin prochain. Le film condense en 52 minutes la vie, quatre saisons durant, de la faune entomologique d’un potager en permaculture des Deux-Sèvres. Le documentaire révèle l’équilibre complexe de cette pratique agricole souhaitant renouer avec la diversité des espèces des écosystèmes naturels. Le documentaire témoigne aussi, en creux, des conditions très particulières de l’harmonie et de la durabilité d’un écosystème sain, que le système agricole français n’offre pas généralement.

© Antoine Ollier - Grenouilles Production

Un éloge de la biodiversité


D’une colonie de bourdons qui voue toute son énergie à la survie de son groupe, à l’action mutualiste des fourmis et des pucerons pour s’attaquer à un chou, le film donne à voir une série de petites histoires s’enchainant naturellement. Alternant des scènes tournées directement dans le jardin et des prises de vue en studio, le documentaire déploie une trame narrative fluide et prenante. L’intrication des destins d’une dizaine d’espèces dans le potager permet véritablement de faire appréhender à un novice le fonctionnement de la permaculture. On saisit, en effet, en visionnant le documentaire le fonctionnement de la régulation naturelle du micro-écosystème que constitue un jardin en permaculture. Ainsi, l’on conçoit qu’il n’y a point besoin de pesticides pour réguler la menace des pucerons, lorsque les bien-nommés « lions des pucerons », larves de chrysope, se chargent de cette tâche. Cette biodiversité est activement recherchée par le jardinier qui cultive une multitude de fleurs, de plantes, afin de rendre possible la coexistence de cette foule d’insectes. Tout est affaire d’équilibre. Il n’y a donc pas d’espèces « nuisibles » dans cette optique comme l’a indiqué la co-réalisatrice, Guilaine Bergeret, en échangeant avec les spectateurs.



Des images renversantes


Pour autant, le film ne constitue pas un précis de permaculture. Si le spectateur pressent toutes ces problématiques attenantes, il observe surtout la vie, les actions de cette multitude de petites bêtes. Ainsi, le film s’attache avant tout à remotiver la beauté du spectacle, somme toute commun, d’un potager. Les images saisissantes tournées aux objectifs macro, les ralentis à 1000 images/seconde disséquant chaque battement d’ailes, sont autant d’invitations pour le spectateur à être attentif à cette faune trop souvent méconnue. L’enjeu du moyen-métrage se situe principalement dans cette volonté d’éduquer le regard du spectateur, de lui apprendre à décrypter ce monde.


© Antoine Ollier - Grenouilles Production

Diffusion sur Arte en juin 2022


Ce film franco-allemand réalisé par Guilaine Bergeret et Rémi Rappe et porté par la boîte de production installée à Bordeaux « Grenouilles Productions » sera diffusé en juin 2022 sur Arte en prime-time. Feather vous recommande son visionnage, qui ne manquera pas de donner envie, aux plus urbains d’entre vous, de fréquenter un jardin partagé bordelais pour observer les guêpes parasitoïdes, pince-oreilles, papillons machaons et autres insectes.


FacebookInstagramUtopia


 

Etienne Villette ⎮ 17.02.2022