Carte blanche pour NASTI à l’Institut Bernard Magrez

Mis à jour : 3 déc. 2018


En ce matin de Novembre, nous nous rendons à l’Institut Culturel Bernard Magrez pour découvrir la première exposition personnelle « SYSTEME » d’un jeune artiste, NASTI, dont vous avez sûrement croisé les oeuvres dans les rues bordelaises.



NASTI

NASTI s’est installé à Bordeaux en 2016, il a suivi une formation dans la restauration mais depuis tout petit, il se passionne pour le dessin. Ce n’est que plus tard, après avoir vu le film Exit Through The Gift Shop (en français Faites Le Mur!) de l’artiste phare du street-art Banksy, que NASTI commencera à pratiquer le pochoir.

Il réalise alors une multitude d’oeuvres sur le vaste support qu’offre la rue, et laisse sa trace dans de nombreuses villes comme Amsterdam, Londres, Berlin, Agadir, Casablanca, Lisbonne et Paris.

Il fait essentiellement des portraits dont l’expression d’une grande profondeur retient l’attention des passants.

Pierre Lecaroz, acteur majeur des projets artistiques bordelais autour du street-art, repère le talent de NASTI et lui propose de participer à plusieurs projets, tels que Le M.U.R. aux Chartrons et l’exposition Légendes Urbaines à la Base sous-marine.


LE POCHOIR BY NASTI

Pour réaliser ses portraits, NASTI choisit essentiellement des photos d’artistes qui lui plaisent comme celles du photographe américain Steeve McCurry. Il n’utilise que rarement ses photos personnelles.

Il les travaille au scalpel (la corne au bout de ses doigts en témoigne) sur plusieurs couches de papier pour obtenir ses pochoirs et les bombe ensuite une à une : c’est cette superposition qui  apporte la profondeur et la richesse picturale de ses oeuvres.

Le travail de dessin peut durer jusqu’à 15h et le temps de découpage prend parfois plus d’une semaine… Après avoir bombé, il effectue parfois des retouches au crayon.

Dans son travail, NASTI cherche à détourner les photographies en changeant leur pixellisation pour créer une nouvelle oeuvre, à l’image de son esthétique singulière.

Ce que NASTI recherche par la profondeur du regard de ses modèles est de percuter le spectateur pour qu’il devienne acteur de l’oeuvre à laquelle il fait face en l’amenant à la réflexion.

Ainsi, il résume son intention par ces mots : « Tu regardes la peinture et la peinture te regarde ».



SYSTEME: exposition éclectique “en deux chapitres”

En Septembre 2018, le mécène bordelais Bernard Magrez donne carte blanche à NASTI au sein du Pavillon de La Boétie de son Institut Culturel.

L’artiste exprime alors le plaisir qu’il a eu à travailler au sein de l’Institut et précise que, sans ce mécénat, il n’aurait jamais pu réaliser cette exposition.

Le Pavillon de La Boétie présente un espace d’exposition en longueur que NASTI a investi en créant une exposition « en deux chapitres ».

Le premier espace rassemble une dizaine d’oeuvres (toiles, installations,…) dans lesquelles NASTI a voulu traduire le sentiment d’oppression de la société médiatisée et sur-consommatrice sur l’individu, en lien avec le développement de son rapport aux nouvelles technologies.

On retrouve directement l’identité graphique très minimaliste de l’artiste et l’utilisation des différents noirs et blancs.

Le jeune artiste intègre dans ses oeuvres des matériaux tels que le cadre cathodique en acier de vieilles télévisions, dont il réutilise aussi les circuits imprimés.

On découvre également son utilisation de la vidéo à la manière de Big Brother ou encore la mire re-visitée d’une télévision.




Dans le « second chapitre » de son exposition, NASTI s’inspire de la figure mythologique de La Méduse qui d’un regard transforme ses victimes en pierre et revisite Le Penseur de Rodin (17h de dessin) pour représenter l’individu pétrifié devant sa propre existence.

Son travail induit alors une réflexion autour du regard de l’homme face à la société et l’émergence de nouvelles technologies qui nous font tendre à l’individualisation et la déshumanisation.


NASTI renforce la diversité de ses oeuvres en s’essayant aux moulages de nus avec l’ambition d’apporter du volume, du mouvement et de la présence dans son exposition.

Ces oeuvres prennent alors une allure plus classique avec de nombreuses courbes mais conservent toujours l’esthétique méticuleuse et singulière de NASTI.



L’oeuvre au centre de la pièce met en valeur le détournement qu’il effectue : si l’industrie a pour habitude de produire en modélisant par informatique l’objet qu’il s’apprête à produire, NASTI s’amuse à créer l’objet en premier (le moulage) avant d’effectuer sa représentation virtuelle.

Enfin, la présence de « voilages » dessinés autour de certains pochoirs permet d’accentuer encore la profondeur du portrait et de suggérer davantage de mouvement.

Cette première exposition personnelle témoigne d’un travail appliqué et de qualité.

NASTI est un personnage débordant de projets qui nous raconte son art avec passion.

Même si la rue est son premier terrain de jeu, l’artiste nous confie prendre particulièrement plaisir à monter des expositions.


Venez découvrir son exposition « SYSTEME » à l’Institut Bernard Magrez jusqu’au 27 Janvier 2019 !



Infos Pratiques :

Horaires : Du vendredi au dimanche: 13h-18h

Adresse : 16 rue de Tivoli, 33 000 Bordeaux

Accès : Bus ligne 56 Express, Ligne 5, Ligne 6 et Ligne 29 - arrêt Parc Rivière

Parking vélo à l’intérieur


Facebook I Instagram

Luna Salanave I 29/11/2018

© Luna Salanave