Chez l'daron


Chez l'daron, c'est un chaleureux bistrot situé en plein milieu des Chartrons. Derrière ce beau projet, se cache Enguerrand, le gérant de ce restaurant : «un amoureux du convivial et passionné». Originaire de la banlieue parisienne, il est surtout Bordelais dans le cœur depuis 2003.



Après 20 ans de métier en tant que barman pour les pubs les plus typiques des Chartons tels que le Molly Malone, le Golden Apple, etc., il décide de se consacrer à ses propres projets. Une opportunité s’ouvre à lui, comme une occasion à saisir, celle de pouvoir créer son propre restaurant. Une bonne façon pour lui et son associé de débuter leurs projets. En octobre 2015, il voit son rêve se réaliser avec l’ouverture de son « cocon d’antan ! ».




L'daron


Avant tout c’est le souhait de créer un lieu chaleureux et convivial, un bistrot à la parisienne. Enguerrand recherche perpétuellement une atmosphère singulière. Son souhait, faire retomber ses clients en enfance ! Le temps d’une parenthèse, en évoquer des odeurs gustatives et visuelles, afin de nous donner la sensation d’être chez notre grand-mère. Un partage entre amis, en famille, autour de la découverte ou redécouverte un plat d’antan : « à travers mon bistrot, je cherche à perpétuer une âme authentique et chaleureuse ! »



Le Lieu



Plus qu’un emplacement, un lieu de cœur ! En 20 ans de restauration l’occasion d’avoir une terrasse ne s’était pas présenté, aujourd’hui c’est chose faite. Pour avoir donné un caractère supplémentaire à son restaurant, un parti pris de voir évoluer son quartier au rythme des heures qui défilent heures après heures, jours après jours, saisons, après saisons.... « Il faut deux bonnes équipes, pour faire un bon match ! » « Allez L’O.M ! (fan incontesté )



Une cuisine comme chez Mamie



Une cuisine « old cchool» pointe le bout de son nez dans la cuisine de Chez l'Daron. L’idée principale est de revisiter la cuisine traditionnelle de nos grand-mères. On y incorpore des influences différentes selon les humeurs du chef pour donner des saveurs plus atypiques. Au bar, c’est un autre spectacle qui se joue, un élément clé de ce restaurant. C’est avant tout un plaisir, et ce n’est pas pour déplaire aux amateurs « d’alcools oubliés ».


Une fois de plus Enguerrand cherche à remettre au goût du jour des souvenirs qu’il avait de son père, et de redorer l'image de fameux alcools tels que le Saint Germain, le Birk ou encore la Suze. Il cherche à ce que les clients fassent appel à leurs souvenirs. Comme des flash-back qui sont gravés dans nos mémoires étant gamins, au marché : le boucher qui donne un bout de saucisson, la boulangère qui nous tend un bout de pain...



Choisir des produits de saison, issus de circuits courts est aussi l'un de ses points forts. Pour sélectionner sa viande, il a son fournisseur de confiance, ce qui lui assure des produits de qualités. « Quand il s'agit de mijoter un bon boeuf bourguignon ou pot au feu, ça fait la différence ». On ne vous en dit pas plus on vous laisse découvrir la carte, qui change au grès des saisons.



Facebook

Maïlys Flambeau & Astrid Van Der Waren I 27/01/2019

© Astrid Van Der Waren