• Feather

Rencontre avec Cléa Vincent

Mardi soir dernier, l’artiste Cléa Vincent se produisait sur la scène du festival les Plages Pop au Ferret, concert qui clôturait sa tournée de deux ans. Nous avons discuté avec elle au son du clapotis de l’eau.



C’est toi qui a demandé à venir aux Plages Pop, pourquoi ce festival et pas un autre ?

Cléa Vincent : Oui, c’est vrai. Je suis très attachée à Bordeaux et sa région. Je connais et j’admire beaucoup de musiciens qui évoluent ici comme le groupe Pendentif qui joue après moi ce soir, ou le groupe Sahara. Et puis quoi de mieux que jouer sur une plage pour le dernier concert de ma tournée ?


Est-ce que tu penses que ce lieu représente ta musique ?

Cléa Vincent : Déjà, dans Plages Pop, il y a « plage ». Et je suis très inspirée par tout ce qui a trait aux éléments de la nature (le sable, l’eau, la terre, le vent…). Quant à ma musique, je pense qu’elle est pop dans la mesure où elle peut être légère tout en s’accompagnant de paroles mélancoliques.



Que penses-tu de cette nouvelle génération (dont tu fais partie) de chanteurs pop qui remettent au goût du jour la chanson française ?

Cléa Vincent : Je trouve cela très bien que le français revienne au goût du jour. Pour ma part, j’apprécie de comprendre immédiatement les paroles d’une chanson. Ce qui est bien aussi, c’est qu’il y a une réelle recherche de fusion chez les nouveaux artistes. Par exemple, l’Impératrice est un mélange d’italo-disco avec des paroles en français, ou encore Paradis, qui est un groupe dont la musique ne ressemble à aucune autre. Et puis, il y a de plus en plus de femmes compositrices, et ça c’est cool !


Quels sont tes futurs projets ?

Cléa Vincent : Je viens tout juste de terminer mon deuxième album. Il s’appellera « Nuits sans sommeil » et la sortie est prévue pour mars 2019, avec deux/trois clips en amont. J’ai plus affirmé mon côté femme dans cet album. Ce qu’il y a de nouveau, c’est aussi la tendance électro (tout en gardant des chansons à textes, je ferai toujours des concerts bel et bien joués).




Quel est l’artiste qui te chamboule autant que tu peux faire vibrer ton public ?

Cléa Vincent : Je suis inspirée par de nombreux artistes comme par exemple Tahiti 80, Kumisolo, Kim Giani, Baptiste Hamon, le norvégien Erlend Oye, Laure Briard, Flavien Berger, La Femme, ou encore les Pirouettes… je suis heureuse de voir que je grandis avec mon entourage musical.


Si tu devais embrasser quelqu’un ce soir, sur quelle chanson le ferais-tu ?

Cléa Vincent : Sur Brutalisme de Flavien Berger. Je trouve que cette chanson exprime bien l’idée d’un baiser volé, d’un amour de vacances.


Comment vas-tu célébrer cette énergie Plages Pop après ton concert ?

Cléa Vincent : Tout d’abord, je vais écouter le deuxième album en live de mes amis Pendentif. Ensuite je vais danser sur la musique de Fellini Félin, au son du clapotis de l’eau et me laisser emporter par la nuit du Ferret. Et pouvoir enfin me laisser porter par le vent après cette tournée de folie.



Ce qui est sûr, c’est que cette artiste aux paroles envoûtantes et à la sincère gentillesse nous prépare bien des surprises… Hâte de la retrouver pour de nouvelles aventures en 2019.


Facebook - En musique - Instagram

Eva Pons I 22/07/2018

© Eva Pons

306 vues