Customisation de chaussures : l’art d’être unique

Vous aussi vous avez cette vieille paire de sneakers, dont vous êtes lassé(e), au fond de votre armoire ? Faites de vos chaussures une toile de peinture ! Nina, jeune bordelaise, customise vos chaussures sur mesure. Décorer vos sneakers avec quelque chose qui vous tient à cœur, ou encore rendre une nouvelle paire unique, tout est possible. Nous avons discuté avec Nina, qui a créé la marque Penstyle Shoes.

© Penstyle Shoes

Bonjour ! Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour ! Je m’appelle Nina, j’ai 25 ans et je fais de la customisation de chaussures.


Quel est l’état d’esprit de votre marque (Penstyle Shoes) ?

Le côté un peu unique, jeune, dynamique, tendance… Le fait de se différencier aussi, de ne pas être comme tout le monde.


Quels matériaux utilisez-vous ?

J’utilise des peintures faites exprès pour le cuir et le textile, que je fais importer des États-Unis. C’est une marque spécialisée dans la customisation de chaussures, parce que là-bas, c’est assez répandu. Ces peintures sont faites pour résister à la pluie et à l’usure des chaussures. Je fais d’abord une petite esquisse sur la chaussure, au crayon à papier, puis tout au pinceau. Après, je mets du vernis. Je laisse le choix au client entre le vernis brillant et le mat.

© Penstyle Shoes

Quel genre de commandes peut-on passer ?

Le but, c’est que les gens viennent avec leur projet. Je m’adapte, donc vraiment tout est possible. C’est du sur-mesure, personnalisé à 100%. Il n’y a pas de limite, à part la matière de chaussures. Je customise sur du cuir et du textile, mais pas sur du daim.


Vous arrive-t-il de proposer des flashs ?

Oui, mais le contexte est différent. Quand je suis sur des événements, des marchés ou des choses comme ça, j’ai un stand. Lorsqu’ils arrivent, les gens ne sont pas forcément au courant qu’ils vont tomber sur moi. Ils n’ont pas forcément la paire de chaussures sur eux, ou un projet en tête. Donc, j’ai un petit stock de chaussures en toiles en plusieurs pointures, et les gens choisissent leur paire. J’ai aussi un carnet dans lequel ils peuvent choisir des dessins déjà faits (les flashs), que je fais sur place.


Vous travaillez chez vous ?

Avant oui, et très récemment je me suis installée à Gambetta, dans un atelier partagé d’artistes. J’ai mon petit bureau, mon espace de stockage pour les chaussures, et je peux accueillir les clients directement là-bas. Cela s’appelle l’Asile (26 rue Rolland).

© Penstyle Shoes

Quelle est votre histoire avec le dessin ?

J’ai toujours dessiné. Mon père a fait les Beaux-Arts, il est graphiste et je pense que ça m’a influencé quand j’étais petite. Plus tard, au lycée, j’étais en littéraire mais j’avais choisi option arts plastiques. Dans mes études supérieures, je me suis orientée vers ce cursus-là aussi. J’ai fait une prépa mise à niveau en arts appliqués, puis un BTS design de produit et un master design de produit.


Et avec la customisation ?

Tout a commencé il y a dix ans. J’avais quinze ans. Ma meilleure amie, fan de chaussures, s’est acheté une paire de vans blanches. Elle savait que je dessinais beaucoup, et elle m’a dit « écoute, je te passe ma paire et tu fais ce que tu veux dessus, je te fais confiance ». Alors j’ai fait ma première customisation, et j’ai pris des photos. Je les ai montrées autour de moi et les gens ont bien aimé. On m’a encouragé à continuer, alors je me suis fait des petites cartes de visite et j’ai créé ma page Facebook. Ça a commencé comme ça.


Qu’est-ce que vous aimez dans la customisation ?

Le fait de prendre en compte les envies et les besoins des gens, de m’adapter, de leur offrir un produit qui va leur permettre de se démarquer. Et puis chaque produit est différent, donc je ne m’ennuie jamais.

© Penstyle Shoes

Quel a été le projet le plus insolite ?

C’était pour un anniversaire, le client voulait offrir une paire à son pote. Il voulait que je fasse un montage avec la tête de son ami et le corps de James Bond.


Quels sont vos objectifs pour l’avenir ?

L’objectif, ce serait d’arriver à en vivre. Je fais ça à plein temps seulement depuis le mois de janvier, c’est très récent et je n’en vis pas encore. Après, mon but serait de développer une sous-marque. Ma marque s’appelle Penstyle Shoes, et j’aimerais bien développer une sous-marque qui s’appellera Penstyle Stuffs. Il s’agira de customisations sur d’autres supports que les chaussures : des planches de skate, des guitares, des planches de surf, des pochettes...


Merci Nina !


Instagram - Facebook

Nolwenn Tournoux I 16/06/2020