De la musique à l’écran : le Festival Musical Ecran

Dernière mise à jour : 26 oct.

Du 7 au 13 novembre 2022 se déroulera la 8ème édition du Festival International de documentaires musicaux à Bordeaux. Divers films retraceront l’histoire de la musique ou s’attacheront aux vies d’artistes. Il y aura des documentaires tournés autour de toute une génération, de ceux qui s’engagent dans le présent à de la science-fiction : tout y est et vous y trouverez forcément chaussure à votre pied !


Le cinéma a toujours été très lié à la musique. Entre nous, que serait un bisou de cinéma sans bande sonore ? Pas grand chose, on est d’accord. Mais la musique n’est pas un simple outil, un pauvre instrument utilisé par le cinéma, elle devient de plus en plus un sujet à part entière. Vous avez sûrement pu constater que de nombreux films ou de documentaires sont consacrés à des stars de la chanson. Vous connaissez certainement Amy en 2015 autour de la grande Amy Winehouse, Sugar Man sortie en 2012 qui peint la vie d’un artiste des années 70 oublié devenant par la suite le symbole de la lutte contre l’Apartheid en Afrique du Sud. Le cinéma fait du biopic un genre à part qu’il s’approprie.

Bordeaux est la seule ville en France qui accueille l’unique festival du documentaire musical : le Festival Musical Ecran. Créé en 2015, il lance du 7 au 13 novembre 2022 sa 8ème édition. La programmation est comme chaque année cosmopolite et s’attache à vous proposer des documentaires d’artistes venus des plus petits recoins comme des plus grandes villes du monde. Depuis sa création, le festival a mis de nombreuses vies d’artistes sous les feux des projecteurs comme Nina Simone, Daft Punk, Kurt Cobain, Leonard Cohen ou Laurent Garnier pour n’en citer que quelques-uns. Le meilleur documentaire sera récompensé d’un prix du jury (que sont le DJ Laurent Garnier, Céline Lepage la déléguée générale de la F.E.L.I.N, le chroniqueur Michka Assayas, le réalisateur et acteur Benoît Forgeard et l’enseignante chercheuse en études cinématographique de l’Université Bordeaux Montaigne Marguerite Vappereau) et d’un prix du public (vous pourrez voter pour votre docu-coup-de-coeur)


On a décortiqué pour vous la programmation de cette édition2022 qui se tiendra dans trois lieux de projections : le Théâtre Molière, l’Inox et l’Athénée Municipal. N’oublions pas le Cour Mably : espace atypique où vous pourrez profiter, à la sortie d’une projection, de nombreux DJset, Drags Show (comme celui du 11 novembre), rencontre avec les réalisateurs, expositions et plein d’autres événements post-projections !


DU RAP

Vous y trouverez sous la catégorie rap des figures emblématiques comme Isaac Mutant, artiste de la scène rap sud-africaine dont le réalisateur a capturé pendant cinq ans la dure réalité de la vie dans l’un des coins les plus dangereux de la planète. Autre tête d’affiche : Pone, le cofondateur de la FonkyFamily (1994) considérée comme l’un des groupes phares du rap français. Le documentaire met en avant un artiste déterminé et pleinement engagé dans sa musique même quand son corps ne fonctionne plus, un Frida Kahlo du rap. Avec le documentaire « American Rapstar » on ne se focalise plus uniquement sur une vie d’artiste mais sur toute une génération comprenant Lil Peep, XXXTentacion, Smokepurpp, Bhad Bhabie qui a bouleversé la jeunesse entière du XXIe siècle. Des artistes qui renouent avec la figure du poète maudit et qui expriment un “mal du siècle”.



DU ROCK

Comment parler rock sans évoquer les lieux mythiques qui ont mis sur le devant de la scène ceux qui ont marqué l’histoire du genre ? « Nightclubbing : the birth of punk rock in New York » prend pour sujet principal le CBGB et le Max’s Kansas City, deux clubs légendaires où se sont déroulées de folles aventures rockantesque.

Que serez maintenant une rubrique « rock » sans évoquer AC/DC, les Beatles avec ce documentaire spécial sur leur voyage en Inde, à la source de leur Album Blanc ou encore le groupe Crimson King dans le documentaire « In the court of Crimson King ».D’autres documentaires se sont intéressés à des vies encore plus intimes comme celle de Shannon Hoon, chanteur du groupe Blind Melon, qui a documenté sa vie à la manière d’un journal intime que le film « All I Can Say » adapte à la perfection ou encore celle de Gilles Bertin, bassiste du groupe Camera Silens devenu braqueur dans les années 1980, en cavale pendant 30 ans qui réapparaît pour tirer au clair son passé. Moins en vogue, le documentaire qui sert à l’affiche du Festival, « Tramps ! » éclaire une tendance punk-queer londonienne née dans les années 1980 injustement occultée. On finit sur « Can & Me », un documentaire qui se consacre tout entier au groupe de rock expérimental allemand CAN, un groupe révolutionnaire qui a influencé de multiples artistes comme de nombreux genres musicaux différents à savoir le post punk, la new-rave, la musique électronique et même le rap !




DE L'ÉLECTRO

On commence cette rubrique « électro » avec un très grand : Stockhausen. La réalisatrice du documentaire « Light - Stockhausen’s Legacy » reconstitue sa première production à l’Opéra National Néerlandais en 2019 et peint le tableau de sa vie intime complexe. On poursuit avec une invitation à la découverte autour de Delia Derbyshire, jamais réellement connue à sa juste valeur et que la réalisatrice nous propose d’honorer.

Plus visible aujourd’hui grâce aux réseaux sociaux et à une connexion permanente, Charli XCX, est « un symbole du croisement des obsession pop et des sons électroniques ». Un documentaire qui pose aussi une question pleine d’actualité : comment construire et partager un album quand on est confiné seul chez soi ? D’où le titre du documentaire : « Alone Together : Charli XCX ».

Si vous avez aimé « Can & Me » et « Licht-Stockhausen’s Legacy », le documentaire intitulé « The Sound of Cologne » constitue un bon complément. C’est la ville de Cologne comme créatrice d’un son original qui est mis à l’honneur ici. Une ville où sont nées, dès le début des années 1950, les toutes premières expérimentations électroniques de notre musique contemporaine. Plus rocambolesque, « Other like me » nous propose de replonger dans le début des années 1980 où l’un des sous-genre de l’électro, l’Industriel, voit le jour. Extrême, tabou, drogue, sexe : tout le subversif est présent dans ce documentaire.



DES PERSONNALITÉS FÉMININES

Elles l’ont décidé et elles l’ont fait.

Le festival met en avant des figures féminines qui savent ce qu’elles veulent : « The Conductor » parle de Marin Alsop, rejetée à plusieurs reprises du monde de la musique classique, elle est devenue une grandecheffe d’orchestre. Un autre documentaire « Sirens » présente le premier groupe de métal féminin du monde arabe. Après les sirènes, c’est « Kate Bush : la sorcière du son » dont le documentaire retrace sa carrière iconique. On poursuit avec un documentaire à la tonalité plus féministe comme en témoigne d’ailleurs le titre : « Here to be Heard : The Story of the Slits » qui retrace l’histoire du groupe de rock féminin qui a le plus bouleversé les codes sociaux et musicaux. Un documentaire sur l’histoire des Fanzines en France est aussi à l’affiche. Le festival s’ouvre d’ailleurs sur une femme artiste : l’australienne Courtney Barnett.


ET DE LA SCIENCE FICTION & MUSIQUE

Les nouvelles technologies sont au centre de la recherche et des interrogations actuelles. Certains craignent d’être envahis par les robots, d’autres pensent que les intelligences artificielles sont la solution pour préserver notre humanité. Le documentaire « The Computer Accent » s’interroge aussi à cette question puisqu’il présente le duo californien Y.A.C.H.T d’électro pop qui a débuté dans les années 2000 dont le prochain album sera entièrement prédit par une intelligence artificielle. Ce documentaire nous invite à penser la notion d’authenticité tout comme notre futur.

Avez-vous déjà ressenti des frissons à cause d’une musique ? Vous le savez… Ce moment où les poils s’hérissent, où les pieds se mettent à bouger sans que l’on s’en rende vraiment compte, où la tête s’incline et bascule : un mouvement qui correspond parfaitement avec ce que l’on est en train d’écouter. Bon, et bien dans le documentaire intitulé « 16 Place Vendôme », c’est un musicien, un performeur et une cinéaste qui rencontre un ingénieur afin d’inventer un « média pour la chair » afin de créer un concert qui pourrait se dérouler dans notre propre corps… Mystérieux.



Notre présentation est maintenant terminée mais n’en reste pas moins exhaustive et nous vous invitons à vous renseigner plus en détail sur la programmation entière et/ou à réserver d’ors et déjà vos places (sachant que le pass de 5 séances est à 20€ et qu’une séance unique varie entre 3 et 6€).


BilletterieFacebookInstagram Site internet

 

Elise Colle-Luec ⎮ 24.10.2022