Entre indie-pop, soul et personnalité : pourquoi faut-il écouter le nouvel EP de MorMor

Si vous ne connaissez pas encore MorMor, cela ne saurait tarder. Le chanteur et compositeur canadien indépendant de 26 ans a dévoilé son nouvel EP Some Place Else le 3 mai dernier. Le deuxième EP de l’artiste de Toronto confirme toute sa virtuosité mélancolique et poétique qui s’était déjà avérée dans son premier album : Heaven’s Only Wishful.


©Jen Ewbank (Kobalt Music)

Comme il l’écrit sur son Instagram : « It is yours now ». L’EP est donc « à nous », à nous de le découvrir, de l’apprécier et de transmettre et partager son retentissement. Il contient six chansons : Some Place Else, Outside, Days Like This, Pass the Hours, Make Believe et Get Away. Les titres sont tous emplis d’une grande acuité personnelle qui se traduit par leur sonorité soul mais aussi par les paroles que MorMor explique avoir écrit « durant une période pendant laquelle je ne pouvais me défaire de mes démons. J’étais forcé de me confronter à ce que j’avais essayé de camoufler derrière des sourires et des métaphores. ».


La chanson Days Like This par exemple, exprime la volonté d’avancer malgrè une solitude omniprésente : On days like this, you really try / Waiting on the walk to come / You just wanna get on by / But you can't help but feel alone. MorMor chante, sur une basse résonnante, une batterie et un piano, son intention de trouver un havre de paix dans son vacarme spirituel et d’être accompagné dans cette quête :  If I could find a peace of mind / If I could see where the sun had gone / Walk with me to the other side / Where I can tell you all about my wants.


©Jen Ewbank (Kobalt Music)

À travers les paroles, la musique et les visuels de son EP, MorMor ne cesse de se dévoiler en toute sincérité. Dans la vidéo du titre Outside, les enfants filmés arborent des maquillages de clowns tout le long de la vidéo. La première scène est une célébration d’anniversaire et l’inscription sur le gâteau fait référence au nom de scène de l’artiste : « MOR OR LESS, LESS IS MOR ». La vidéo présente le quotidien difficile d’un jeune homme qui se voit être la victime de la méchanceté de ses camarades. Mais malgré cela, il conserve son maquillage clownesque. L’enfant grandit et sa personne devenue adulte est interprété par MorMor lui même, toujours maquillé. Ce choix artistique peut faire référence aux paroles d’une autre chanson : Make Believe.

Le terme « Make Believe » en anglais signifie l’action de prétendre ou imaginer que la réalité est meilleure que ce qu’elle n’est. Les paroles de la chanson :  Just couldn’t shake it / It would never let go of me / Hear the sound, it's make-believe font référence à un sentiment faussé ou hypocrite qui ne quitte pas l’artiste et qui l’empêche d’être véritable envers lui-même. Pareillement, le maquillage qu’il porte dans la vidéo de Outside présente une image folklorique de lui qui n’est pas représentative de ses sentiments.


Le nouvel EP de MorMor témoigne de sa maturation musicale, l’artiste est à l’aise avec son public et lui expose ses peurs, ses joies, ses doutes et sa volonté de s’ennoblir tout en jouant avec de l’indie-rock, une touche de synthé et un doux dextre de groove qui saura saisir les amoureux de soul.


MorMor sera présent le 1er juin lors du festival This Is Not A Love Song à Nîmes, son unique date française ! Pour ceux qui ne peuvent se déplacer, vous pouvez tout de même vous plonger dans l’univers mélodieux et gracieux de MorMor en écoutant en boucle son nouvel EP Some Place Else : https://MorMor.lnk.to/SomePlaceElseEPpr et en regardant sa performance live sur la scène de Quotidien en avril dernier :

https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/mormor-whatever-comes-to-mind-live-quotidien-exclu-web.html


Site internet I Facebook I Instagram I Twitter


Louise Naudot I 07/05/2019

©Jen Ewbank (Kobalt Music)