Fredz : étoile montante du rap québécois revient avec son nouvel album, Astronaute

Fredz est un jeune artiste québécois qui, à seulement 20 ans, est en train d’affirmer sa place sur la scène rap francophone. Son flow rétro et décalé, tout droit sorti d’un rêve ou d’un autre monde, l’accompagne dans ses textes percutants et sur ses instru entraînantes entre rap et pop. Feather l'a rencontré !

© Gaelle Leroyer

Artiste hybride à l’identité forte et charismatique, Fredz est également un jeune homme lucide et intelligent qui prête sa voix aux enjeux sociaux actuels que sont les droits des femmes ou la lutte contre les discriminations. Deux jours avant la sortie de son nouvel album, Astronaute, le 11 mars 2022, Feather a eu l’opportunité de rencontrer Fredz, dans un zoom en direct de chez lui dans l’hiver canadien, à Longueuil, une petite ville du Québec proche de Montréal. De retour depuis quelques jours seulement puisqu’il était en France pour son tout premier showcase parisien le 2 mars, il nous partage son expérience et son impatience de dévoiler son tout nouveau projet, avec un grand smile et dans la maxi bonne humeur !


Allô Fredz ! Je suis vraiment contente de te rencontrer comment ça va ? J’ai vu passer tes stories sur Instagram où tu proposes d’envoyer à 15 personnes random qui y répondent un extrait d’Astronaute. T’es impatient de sortir ton nouvel album ?

Allô ça va bien et toi ! Haha il paraît que je suis impatient hein ! Faut que ça sorte vite vite là parce que sinon je vais leaker trop de trucs je sens, j’ai tellement hâte.


T’as fait un showcase à Paris le 2 mars dernier, raconte-nous : c’était comment ?

C’était très spécial, c’était mon tout premier show à Paris. Je vais pas te mentir j’étais un peu stressé, plus que d’habitude en tout cas. Il y avait moins de personnes donc c’était plus intimidant, je voyais vraiment tous les visages, chacune des personnes. Ça s’est passé aux studios d’E47 Records, il y avait environ 50 ou 60 personnes. Mais au final je peux dire que ça a été mon show préféré ! Le public était malade !

Bon parle-nous un peu de toi, comment veux- tu te présenter à ceux et celles qui ne te connaîtraient pas encore ?

Alors j’ai 20 ans, je m’appelle Fredz et je fais de la musique que je situerais entre le rap et la pop. J’habite au Québec. Je sors le 11 mars mon nouvel album qui s’appelle Astronaute. Tout est très homemade puisque tout est fait de ma chambre, mais la nouveauté sur cet album c’est que j’ai un compositeur qui a fait toutes mes musiques : c’est Toonz, j’étais super content de travailler avec lui. Tu vas rire, avant je travaillais dans l’animation, mais en fait j’étais même une mascotte… C’est-à-dire que j’arrivais à la job, j’enfilais un costume de super-héros ou de quoi puis j’animais les enfants pendant une heure et demie [rires].

J’ai commencé la musique à 14 ans. Ma sœur avait acheté une guitare et j’en jouais beaucoup, je m’amusais, je chantais des chansons. Seulement à un moment je me suis rendu compte que je ne chantais pas très bien ...

Tu poses vraiment bien ça marche complètement, tes instrus sont insanes, tes textes sont hyper justes et touchants, en fait t’es cascadeur tu testes tout toi-même : entre musicien, chanteur, écrivain… Finalement qu’est-ce qui est venu en premier ? Comment as-tu commencé à faire de la musique ?

C’est une bonne question ça ! J’ai commencé la musique à 14 ans. Ma sœur avait acheté une guitare et j’en jouais beaucoup, je m’amusais, je chantais des chansons. Seulement à un moment je me suis rendu compte que je ne chantais pas très bien. Mais je voulais vraiment faire de la musique, ce qui me plaisait, et c’est comme ça que petit à petit je me suis intéressé au rap, ça demandait pas vraiment que je chante super bien mais ça me permettait de m’exprimer : c’est comme ça que s’est fait la transition mettons.

© Kevin Millet

Peux-tu nous parler de tes prods ? Avant Toonz composais-tu tout seul ?

Comme je te disais je suis passé de la guitare acoustique au rap, mais ce que je t’ai pas dit c’est qu’entre les deux il y a eu une phase où je ne faisais plus que du beatmaking. Naturellement j’ai donc commencé par faire moi-même toutes mes prods. Maintenant sur ce nouvel album j’ai eu la chance de travailler avec Toonz et je trouve ça vraiment cool. Il est plus professionnel, il a beaucoup d’expérience, c’est son travail, et c’est super stimulant d’avoir deux têtes sur un projet !


En écoutant tes sons j’ai pas pu m’empêcher d’entendre des belles et subtiles références à certains artistes queb : le synthé un peu psychédélique et full envoûtant de Les Louanges, le côté pop et entraînant de Clay and Friends, les sonorités plus suaves et jazzy d’Hubert Lenoir… Quelles sont tes inspirations pour créer ta musique ?

Han ouais que des belles références c’est clair ! Les Louanges oui bien sûr ! En fait j’écoute du queb, mais aussi du français (et du belge). Je suis un vrai mix des deux j’dirais. J’ai tellement d’inspirations que ce soit Louis-Jean Cormier, Koriass, Karim Ouellet, Heenok ! J’écoute aussi beaucoup de rap français : Nekfeu, Orelsan ou même des artistes comme Stromae. Que des noms qui m’inspirent il y en a trop tu notes ceux que tu veux [rires] ! Y’a aussi des artistes US qui comptent beaucoup.

Parler de ma vie professionnelle me plaît aussi, répondre un peu au mythe de ce que c’est de connaître une petite popularité, m’amuser de ces questions que je me suis moi-même posées auparavant, c’est cool

T’as une vraie plume bien à toi, peux-tu nous parler un peu plus de tes textes ?

C’est de la full impro, j’écris phrase par phrase, en suivant la musique. Tout commence toujours avec la musique pour moi, je commence avec une topline, puis j’aligne des mots, des phrases, qui sonnent bien et qui font du sens. C’est comme ça que ça me vient. Pour mes textes ça dépend vraiment du mood dans lequel je suis au moment où j'écris. J’ai écrit sur l’amour car c’est quelque chose que je connais et dont je peux parler. J’aime évoquer des choses qui me tiennent à cœur. Parler de ma vie professionnelle me plaît aussi, répondre un peu au mythe de ce que c’est de connaître une petite popularité, m’amuser de ces questions que je me suis moi-même posées auparavant, c’est cool. Puis parler de mon métier, de trouver l’inspi, de travailler dur sur les projets. J’essaie en tout cas que ce soit pas trop récurrent, de pas toujours parler des mêmes affaires. Si dans Personne ne touche le ciel j’ai pu parler d’amour, ou inventer des histoires, Astronaute se présente plus comme une introspection, ça parle plus de moi, de ma vie, sur un ton un peu plus intime.

Ton univers est très rétro, doux, aux allures de rêves parfois même. D’où vient cette esthétique, cette vibe assez singulière que t’as créé autour de toi et de ta musique ?

Je suis content que tu le remarques ! C’est un petit peu le reflet de ma personnalité à vrai dire. À mes débuts, mon rap était plus énervé, plus agressif, plus cru. Mais, petit à petit, je me suis plus retrouvé dans des chansons plus douces, et puis ça marchait mieux auprès de mon public. Ce n'est pas quelque chose qu’on a essayé de créer, ça s’est fait naturellement avec mes équipes de production au niveau des clips notamment. Il y a toujours eu cette rêverie qui s’est installée comme thème et je crois que ça me caractérise bien. J’ai déjà eu des conversations avec des français autour de ça d’ailleurs.

« On dit pas du rap du iencli chez vous ? [rires] ». Alors c’est certain que mon truc c’est pas du rap de cité, mais j’essaie de faire en sorte que ma musique parle à tout le monde.


Avant de te proposer un petit jeu de curiosité à la Fast and Curious, tu peux nous en dire plus, avec tes mots, sur ton prochain album qui sort le 11 mars 2022 ?

Le nouvel album s’appelle Astronaute et c’est un projet sur lequel je travaille depuis deux ans, donc c’est vraiment un projet de longue haleine. Je l’ai commencé juste après Personne ne touche le ciel, j’avais 18 ans, et je le vois comme une évolution de cet album précédent, ou mixtape enfin je sais pas trop comment l’appeler [rires]. Je l’ai fait exactement dans les mêmes conditions, à part que j’étais beaucoup moins seul, j’ai une vraie équipe qui m’accompagne maintenant, et puis y’a Toonz qui a fait toutes les prods bien sûr. Il aborde des sujets comme ma vie professionnelle en tant que jeune artiste et ce que ça implique, mais aussi des sujets plus intimes et plus personnels comme l’amour, le voyage, et surtout une vraie introspection.

Haha c’est bizarre dit comme ça, mais ça raconte vraiment plus de ma personnalité, ça en dit plus sur moi.

En tout cas, il a une place super importante pour moi. Alors j’ai l’impression que je dirais toujours ça de mes nouveaux projets, mais c’est celui dont je suis le plus fier. Je reste aussi conscient du processus de création qui n’est jamais abouti, ce nouvel album n'est pas parfait, mais c’est dans son imperfection que je l’adore !


Un petit jeu de curiosité maintenant… Tes réponses comme elles te viennent à nos petites questions courtes !


Ton projet coup de cœur depuis le début de ta carrière ?

Astronaute ! Et la chanson Nova aussi, avec le clip qui est mon préféré !

Ta réaction quand t’as commencé à ressentir beaucoup de reconnaissance envers ton taff ? Quand t’as senti que ça accrochait du monde ?

J’étais super triste ! [rires!] Haha, non c’était très cool ! Je comprenais rien de ce qui m’arrivait au début. Puis ça a vraiment été avec À ce qui paraît et le challenge sur TikTok. J’avais posté un bout de la chanson, puis ça a été repris, ça a tourné, il y a eu jusqu’à 8000 vidéos ! C’est là où j’ai commencé à halluciner : avant je pouvais quantifier mon succès, entre guillemets, j’arrivais à compter « Ok ça a été repris tant de fois, il y a eu tant de vidéos ». Mais là je pouvais plus ça m’échappait complètement !


Trois noms qui t’inspirent : queb, français et belge ?

Karim Ouellet, Nekfeu. Des Belges c’est dur ! Y’en a trop ! Mais je vais y aller avec Stromae.


France ou Québec ?

Raaah Québec, quand même !


Longueuil ou Paris ?

Hahaha Paris, Paris ! [rires].


Public français ou public québécois ?

Mmh public français. Mon public queb, c’est comme : ils vont plus venir pour la salle, ou la fête peut-être. Ici en France le public était trop à fond, j’avais vraiment l’impression qu’ils venaient pour me voir c’était trop cool !


Studio ou concert ?

Pour l’instant je te dirais studio, parce que concert ça vient quand même avec un gros stress encore j’en n’ai pas beaucoup fait.


Petite salle intimiste ou énorme festival ?

Énorme festival, je vois moins les têtes c’est moins intimidant ! [rires].

© Kevin Millet

Jurer ou sacrer ?

Sacrer ! Sacrer ! Tu m’entends dire putain j’pense tabarnak ! [rires].


Ton expression française préférée ?

Kiffer ! J’adore ça, on n'a pas ça du tout ici.


Un retour d’un fan qui t’a marqué ?

En fait c’est même un peu triste ce que je vais te raconter, mais ça m’a touché. C’est une mère qui m’a envoyé un message, elle a perdu son enfant dans une fausse couche et elle avait fait encadrer comme un lecteur spotify avec Nova, une sorte d’hommage à son fils qu’elle avait perdu, ça m’a fait quelque chose.


Sinon sur une note un peu plus drôle, je peux ressembler à beaucoup de personnages avec ces petites lunettes que tu vois là. Donc on s'amuse à m’envoyer des photo-montages avec ma gueule sur à peu près n’importe quel personnage c’est assez drôle. J’en reçois plusieurs par semaine !


Pour tes fans européens qui n'auraient pas la chance de venir te voir au Canada, quand est-ce que tu reviens performer en France ?

À l’automne à coup sûr, enfin j’espère, c’est en préparation, ça dépendra aussi de la sortie de l’album ! Après il y aura peut-être quelques surprises, mais je t’en dis pas trop parce qu’il n’y a rien de confirmé, mais on travaille là-dessus !


Tes projets pour la suite ?

Alors on est déjà en train de travailler sur le prochain album, enfin qui sera certainement une réédition. On a commencé à bosser dessus. Sinon on va surtout se concentrer sur les lives et performances, maintenant que tout revient un peu à la normale. C’est le premier album que je vais défendre sur scène j’ai vraiment hâte ! On a une trentaine de dates au Québec cet été, entre concerts et festivals !

© Kevin Millet



Feather remercie encore Fredz pour cette interview où on a pu apprendre à mieux le connaître et jaser avec lui de son nouvel album Astronaute, dans la maxi bonne humeur et avec le smile ! Au moment où l’article est publié l’album est déjà out donc on t’invite à foncer streamer Astronaute, dispo sur toutes les plateformes !


Et si tu ne connais pas, on te recommande d’aller fouiller dans toute la discographie de Fredz pour apporter un peu de fraîcheur à tes playlist !






Instagram - Youtube - TikTok

 

Coline Tauzia I 11.03.2022