Jumo: un artiste aux milles facettes

Lors de cette période un peu particulière, on reste un peu mou, un peu vague, un peu fatigué mais pas trop. Puis, on a la chance de parler grâce à internet, à des personnes qui ne sont pas face à nous. Et on rencontre comme ça des personnes brillantes.

Pour ma part, ce fût Clément alias Jumo qui a pris le temps de répondre à mes questions à propos de ses musiques, ses clips et ses envies.


© Lucetrsn

Descriptif d’un échange virtuel...

Feather : Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots, pour nos lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Hello, moi C’est Clément, je fais de la musique sous le nom de Jumo depuis environ 5 ans.

Quelles sont tes inspirations ? Les tendances que tu aimes suivre ou détester ?

C’est assez large car j’écoute beaucoup de choses différentes, j’ai longtemps été intrigué par la musique répétitive, ce qui a pas mal influencé mon précédent projet « Dérive », c’est toujours le cas aujourd’hui mais je pense avoir réintégrer une dimension pop à ce que je fais et ce que je sors en ce moment.

Pour citer quelques noms, j’ai beaucoup écouté des artistes comme Rone, Romare, Bicep, Aphex Twin, et plus récemment, Zombie Zombie, Battles ou Ceephax Acid Crew.

J’aurai pu parler de tendance à l’époque de mon EP « Nomade » mais je pense aujourd’hui m’être sorti de ça, en tout cas je ne m’en préoccupe plus.



Tu viens de sortir il y a un mois un nouveau titre « Exode », qu’est ce qu’il représente pour toi?

Voila comment j’avais pitché le morceau :

« L’exode c’est un voyage introspectif, le calme puis la tempête. L’exode est à l’image d’une envie de changement, de vie et d’état. C’est aussi une course contre la routine de la ville et le temps qui passe. ». Je ne pourrai pas ajouter grand chose car c’est vraiment ce que j’avais en tête quand je l’ai terminé.

Après avoir offert à tes musiques des clips mettant en scène des dessins très fins, tu offres pour “Exode” un clip / court métrage avec un format carré. C’était une étape pour toi ?

J’ai souvent mis en image ma musique avec mes propres moyens. Depuis le départ, je travaille avec mon collectif « Cela » que l'on a créé un peu en même temps que Jumo, pour réaliser les vidéos, ce n’est d’ailleurs pas toujours des clips à proprement parlé mais plutôt des éléments qui s’ajoutent à l’ensemble d’un projet et qui lui apporte une nouvelle lecture (cela a été le cas pour « Dérive » et aujourd’hui pour « Et le vent ? »). Pour autant, le fait de pouvoir travailler avec d’autres gens qui font pour le coup des vrais films, ça apporte une vision nouvelle et ça emmène la musique plus loin, on sort de notre bulle aussi.



Est-ce que c’est important pour toi de soigner tes réalisations pour tes clips ? De proposer quelque chose d’original (comme pour « Les autres » par exemple) ?

Je ne sais pas si on peut toujours parler de réalisations soignées ! En revanche, on cherche toujours un concept dans la façon de faire nos vidéos, en travaillant avec différents outils. Le dernier en date est pour les morceaux de l’album « Et le vent ? » où l’on projette des textes du même point de vue que celui de la caméra, ce qui le rend toujours lisible malgré les altérations et les reliefs subis par le décor. Cela questionne beaucoup de choses, ça apporte du sens à des images qui peuvent en être dépourvues, et l’interprétation de l’ensemble (musique, image et texte) reste assez personnel.

D’ailleurs est-ce que c’est toi qui dessine pour tes clips ?

Pour les illustrations projetées à l’époque de « Nomade » et « Dérive » une fois de plus j’ai tout fait avec mon collectif, il y a quelques uns de mes dessins, mais la majeure partie des dessins ont été fait par Nina Guy, avec qui j’ai collaboré pendant 2 ans.


© Nicolas Plessis

Au même titre, dans le clip « Les autres » est-ce que ce sont tes propres photographies ?

Ce morceau est un peu un hymne à mon entourage, j’ai eu l’impression de l’avoir fait pour mes proches, mes ami(e)s, quand je l’écoute je vois les autres danser et sourire, c’est ce qui lui a donné ce nom, c’est peut-être un peu simple comme sens, mais c’est important pour moi. Du coup, cela amène la partie sur le clip, j’ai essayé de suivre la même idée, j’avais envie d’y mettre tous les gens qui m’ont fait sourire et qui m’ont inspiré ce morceau, on a repris les photos qu’on prend tous dans le collectif avec des petits argentiques, il y’a quelques photos de moi mais il y en a beaucoup plus de Luce Terrasson avec qui je vis, et de Nicolas Plessis qui fait parti du collectif.

Tu as l’air d’être un artiste très complet, qui aime beaucoup de choses, quelle est la prochaine étape ? Quel art aimerais-tu (autre que la musique) approcher ?

Je bricole déjà pas mal au sein du collectif, on se retrouve une fois par mois environ pour faire de la recherche sur des nouvelles installations, disons que j’aimerais continuer dans ce domaine là autant que possible car il y a encore beaucoup à faire ! (si vous voulez jeter un oeil : @celacollectif sur IG)


« Et le vent ? » : premier album qui sortira le sortira le 5 juin sur Nowadays Records / Celabel

Parle-nous un petit peu de ton actu, en ces temps un peu difficiles...qu’est-ce qu’il y a de beau à venir ?

Et bien je sors très bientôt mon premier album « Et le vent ? » sur Nowadays Records et mon label Celabel, on vient de décaler la date au 5 juin à cause de la crise que l’on traverse, je viens aussi de sortir un morceau avec la chanteuse Oré pour lequel on a tourné une vidéo sur la base de ce que j’ai fait l’année dernière, ainsi qu’une petite live session à distance. Comme beaucoup on aurait du sortir un clip avec ce morceau mais on s’adapte. Disons que cette période nous pousse à faire d’autres types de contenus, que personnellement je n’aurai sans doute pas fait. Cela peut être le point positif à tout ça.

Et pour finir, un petit jeu :

- une chanson pour s’endormir

C’est un peu classique, mais quand je pense trop et que je ne peux pas dormir : Music For Eighteen Musicians - Steve Reich


- Une musique pour danser

Pour danser vite : Kisloty People - Schacke

- Une chanson qui donne envie de tomber amoureux

Love song - Koudlam

- Une musique qui te rend accro

The Alcoholic - Royksopp



Merci à Jumo pour cette interview légère, qui nous donne envie de somnoler, penser à la vie et sourire dans un hamac jusqu’à la fin du confinement !


Info Pratique :

Lien pour précommander "Et le vent" qui sortira le 5 juin


Instagram - Facebook


Eva Pons I 12.04.2020