• Feather

Kino Session : une association pour le film court dans Bordeaux.

Mis à jour : 21 févr. 2018

Au sein du petit monde caché du cinéma du court-métrage, la ville de Bordeaux possède un allié non négligeable en l’association Kino Session. A l’occasion de leur annuel Kino Kabaret International s’étant tenu du 22 au 30 septembre 2017, Feather a pu rencontrer ces chantres du format cout, travailleurs inflexibles ayant accepté de nous expliquer ce qu’était Kino.



Kino Session est une association ayant vu le jour à Bordeaux en 2005, elle prend son essence dans un mouvement mondial « Kino » fondé au Canada en 1999. On évoque souvent un « esprit Kino », celui-ci repose sur l’approche amorcée par l’association en opposition à l’industrie du court-métrage en général. En effet, véritable outil de création, Kino Session propose, dans un premier temps, l’organisation de soirée toutes les huit semaines avec pour objectif la projection de court métrages réalisés pendant ce laps de temps répondant à un thème choisi au préalable. L’esprit réside dans plusieurs choix bien marqués tel l’absence de compétition entre les participants ou encore la contrainte du temps donné pour la production du film. De plus, il n’y a pas de condition d’accès, l’association propose même matériel/costumes/accessoires afin de permettre à tout le monde de devenir un genre de Michel Gondry, bricolant un film entouré d’une équipe ayant déjà de l’expérience, un genre d’école alternative du cinéma. « On ne demande pas ce qu’ils savent faire mais ce qu’ils peuvent faire », nous disait le président de l’association, Jean-Baptiste Guignot, appuyant les valeurs Kino.


Kino Session induit également d’autres évènements : tel le Kino Kabaret International. Devenu annuel depuis deux années, l’événement propose une semaine complète de réalisation, se divisant en trois sessions de court-métrages, ponctuée des projections de ceux-ci dans un cadre chaque fois différent. Le Kabaret est pour les aficionados du film court l’occasion de réaliser leur activité favorite au sein d’équipe internationale. En effet, lors de la session de 2017, on a pu retrouver des québécois, des algériens, … Passant la semaine ensemble dans la magnifique chapelle du CROUS aménagée pour l’occasion, chaque session s’articule autour de la présentation des différentes parties du corps de production (réalisation, technique, acteurs...) puis dans la mise en commun de celles-ci. Au regard du déroulement de ces présentations ou des projections, ce qui marque est la bonne ambiance certaine et l’expérience enrichissante dont nous parle les différents participants, qu’il soit bordelais, métropolitain ou non. Chaque événement Kino procure la même sensation : l’envie de s’y mêler.


La volonté de Kino Session, en plus des points cités plus haut : s’inscrire dans une dynamique bordelaise quasi-inexistante : celle du court-métrage. Vide industrielle avant tout, ce format, trop souvent associé au festival, gagne avec l’association la possibilité d’exister au sein de la ville tout en s’invitant dans divers lieux non associés au cinéma comme le BT59 ou l’iboat. Kino Session organise également la fête du court métrage depuis 2016 pour le CNC, preuve de son empreinte important dans le paysage bordelais audiovisuel.


Si vous souhaitez faire un film court, Kino Session est l’association à contacter, et si vous pensez que voir des courts métrages c’est un truc d’art et d’essai, rendez-vous dans une soirée Kino, assistez à cette ambiance, rituel d’humour et d’enthousiasme autour d’un médium ne cherchant qu’à gagner ses jalons en tant qu’activité artistique et sociale.


Clément Beuchillot

© Livy Bertrand

59 vues