Un tête à tête avec Nazustabal

Derrière l’alias Nazustabal se cache un homme originaire du Pays Basque. Ce pseudo vient de son nom de famille à l’envers et de son père qui l’utilisait plus jeune. Ne sachant pas brainstormer son nom, Nazustabal a voulu rendre hommage et faire honneur à son père. Amoureux de la musique électronique, ce dernier a bougé sur Amsterdam et Bruxelles plusieurs années avant de s’installer sur Bordeaux. Amateur de la techno aux influences de détroit, de minimal et de dub techno, c’est avec plaisir quenous l'avons interviewé sur son parcours, ses influences et ses nombreux projets .

© Louis Resche

Bonjour Nazustabal, comment es-tu arrivé à faire de la musique électronique ?

Salut ! J’ai commencé la musique électronique il y a 8 ans à peu près, j'étais encore étudiant à Bruxelles et la musique m’a toujours attiré ! J’ai commencé par acheter un petit contrôleur pour passer le temps. On avait une grande pièce inutile sous la coloc qui était dans une grande maison ! Ca a été le premier petit studio maison et je suis tombé dans le bain direct. J’ai pris des petits cours de production et j’ai commencé à jouer avec tout ça un peu tout les jours. Ensuite j’ai commencé par écouter puis mixer du mobilee, du jovonn en fait c'était beaucoup plus house ! J’ai évolué vers une techno plus détroit pendant plusieurs années. Mes voyages, mes dernières années a Amsterdam m'ont fait découvrir plein d’univers. La dub techno et les influences minimales hollandaises quant à elles m’ont conduit à mon identité musicale actuelle.


Pourrais-tu évoquer quelques unes de tes influences musicales ?

En influences je pourrai citer comme ça rapidement : Delano Smith, Idealist music, i0-mulen bien entendu Indigo Area, label Hollandais tenu par Jasper Wolff avec lequel j’adore travailler et avec qui nous avons pas mal de projets

© Louis Resche

Peux-tu nous parler de l’association Phonik auquel tu es membre ?

Tout à fait, je suis membre de l’association Phonik sur Bordeaux. C’est une association qui va sur sa 5eme année maintenant. A l'époque l’offre n'était pas encore aussi développée que maintenant au niveau des soirées. Avec des amis proches on s’est dit pourquoi pas proposer ce qu’on aime. On a donc démarché les boîtes et lieux et on a eu l’opportunité de se lancer à l’Iboat avec un grand Zendid puis plus régulièrement au BT59 grâce à Daniel Cazaurang. On s’est éclaté pendant plusieurs années, en passant par un énorme sold out sur Paula Temple avec qui on a passé une soirée de dingue, un de nos plus beaux souvenirs.



© Normal Band

Quel style et influence se trouvent dans cette association ?

On n’a pas vraiment de style de prédilection. On balance entre la minimal et la techno de detroit. Chaque membre apporte un peu son influence, on aime retrouver la même atmosphère à chaque soirée, on a toujours fait attention à la déco et on peut proposer du mapping grâce à Léopold qui bosse hyper bien. Depuis quelques temps on a investi le Parallel et on y passe des bons moments autant pour l'atmosphère, l’ambiance que le système son : on s’y sent bien !


Suite au covid 19 et au monde culturel qui a pris un coup, as tu des dates prochainement ?

Le confinement, il a clairement mis un grand coup d'arrêt bien placé, juste avant l’été. Mais du coup tu revois le sens de tes priorités et tu t’adaptes. On commence à peine à prévoir les futurs événements de la rentrée et encore c’est pour le moment au conditionnel. Tout est un peu compliqué. Les dates ne sont pas encore bookées à 100% mais on a nos soirées d’avant à déplacer et beaucoup de boulots pour prévoir le futur. On a plein d’idées, plein de rêves ! Et ça ne s'arrêtera pas tout de suite.. On a aussi un anniversaire à fêter !

On est  aussi content et on continue à bosser avec les collectifs de Bordeaux comme Fugitiv ou Les Viatiques avec qui on s’entend très bien et on à déjà bossé plusieurs fois.



© Louis Resche


Pour terminer, un dernier petit mot ?

Plus personnellement je suis sur sur un projet de création de Label, totalement indépendant de Phonik, le label se voudra principalement Dub techno..mais pour le moment je ne peu pas trop en dire plus ..


Le Retrouver sur les réseaux :


Souncloud - Facebook- Instagram




Manon Vincent I 02/07/2020