Pierre Hugues José: le rappeur neurophysicien


De Booba à Ophélie Winter, il n'y qu'un pas. Originaire de Vesoul, Pierre Hugues José manie le rap et la science avec ingéniosité et talent. Chevelure longue et binocles s'apparentant au premier de la classe. Chemises à fleurs et joggings colorés, le trentenaire est aux antipodes des clichés véhiculés par le rap. Rencontre avec le savant fou du rap français.

© Pierre Hugues José
J'aime beaucoup Ophélie Winter. Quand j'étais petit, je la trouvais magnifique, elle bougeait bien. Elle avait tout les atouts pour être une grande artiste.

Pierre Hugues José, c'est ton vrai prénom ou nom ou c'est un blaze?

C'est un blaze. J'ai plusieurs explications, il y a en deux qui sont primordiales pour moi . Dans un premier temps, Pierre c'est le prénom du frère de la femme de mon frère. Hugues c'est le prénom du père de la femme de mon frère et José c'est le prénom du gars dans Hélène et les garçons. Il avait la même coiffure que moi et il aimait bien les synthé comme moi. Je me retrouve pas mal dans ce personnage.

Quand j'ai assemblé les trois en même temps, il y avait une petite harmonie que j'aimais bien.

D'autre part, l'explication la plus officielle, et qui est un peu intime au final, c'était lorsque que j'étais en licence de physique, j'avais un ami qui s'appelait Pierre Hague et il était autiste. Il avait une vision des choses hyper profonde. Il avait toujours une longueur d'avance sur les autres. Du coup, Pierre Hugues, Pierre Hague, cela sonne presque pareil.


Quelles sont tes inspirations?

J'aime beaucoup Ophélie Winter. Quand j'étais petit, je la trouvais magnifique, elle bougeait bien. Elle avait tout les atouts pour être une grande artiste.

D'ailleurs, j'aime encore beaucoup cette artiste. Après, je dirais ma mère. Nous les rappeurs, on a un rapport avec nos mères assez intense.

Il y a aussi South Park que j'aime beaucoup car je trouve qu'à travers ce dessin animé, il est possible d'utiliser des mots grossiers, de la vulgarité sans empêcher le sens tout en faisant preuve d'une grande intelligence .

J'aime beaucoup aussi Alain Bashung, c'est mes racines. C'est le seul artiste qui m'a fait pleurer au moment de sa mort.

Au niveau rap, plus Oxmo Puccino, Disiz La Peste, Vald, Orelsan ... J'écoute pas mal de rap, je pourrai t'en citer encore plus.

© Pierre Hugues José

Peux tu nous parler de ton expérience avec 1 minute de rap ?

1 minute de rap cela englobe pas mal de styles, c'est assez généraliste. De base, je connaissais pas d'autres méthodes pour proposer ce que je faisais aux gens. L'équipe est hyper sympa, Personnellement, je n'ai jamais été mécontent de la qualité de cette page.

Cela m'a apporté pas mal de visibilité et pas mal de contacts.

La salle de sport c'est vraiment pas mon truc . Je ne suis pas hyper conformiste là dessus mais j'ai toujours été comme ça.

Au niveau de ton style vestimentaire, cela n'a rien à voir avec le milieu du rap, c'est quelque de voulu pour toi?

Déjà, j'aime bien le travail du textile, les trucs originaux. Ce n'est pas à mon goût de m'habiller tout en noir . J'aime beaucoup les chemises, les joggings avec des couleurs, les maillots de foot bien raffinés avec de beaux sponsors. Peu importe si c'est un sponsor de moutarde ou de mayonnaise, il doit juste avoir de la gueule.

Et puis, je suis plus l'aise dans une chemise que dans un truc qui moule les muscles. La salle de sport c'est vraiment pas mon truc . Je ne suis pas hyper conformiste là dessus mais j'ai toujours été comme ça.

Travailler sur du majeur, c'est plus complexe, il y a un petit challenge qui s'installe.

Pourquoi choisi tu des mélodies de comptines dans tes morceaux? Il y a une volonté de parodie là dedans ou pas du tout ?

Il y a deux explications, dans un premier temps, les comptines c'est du majeur. Et les prod à la Booba par exemple, c'est du mineur ( plus un côté dark, brut )..

Travailler sur du majeur, c'est plus complexe, il y a un petit challenge qui s'installe.

Après, c'est aussi le délire nostalgique des chansons de l'enfance. J'ai toujours été BD, dessins animés, cela me parle, cela me met dans une bonne humeur. Et le rap, cela reflète souvent un moment de ta vie. Je voulais faire un EP autour de l'esprit qui règne autour de la comptine.


Comment te viens l'inspiration de tes personnages quand tu changes de voix durant tes morceaux?

C'est un peu un cliché. En gros, les femmes parlent plus avec une voix aigue et les hommes avec une voix viril.

Je ne suis pas imitateur et j'ai voulu un peu surjouer ce cliché afin de mieux faire passer mes messages sociaux dans mes chansons. Ce sont des scènes de la vie de tous les jours. Cela donne un petit côté humoristique à mes sons.

Orelsan a fait ça avec la chanson Saint Valentin. Il utilise un personnage misogyne et à travers ce personnage, il est a pu balancer de grosses punchlines assez sales. Je trouve que c'est un mode opératoire intéressant. Le but c'est vraiment de mettre en scène des personnages et des scènes de la vie de tous les jours.

© Pierre Hugues José
Je n'ai pas envie non plus de rentrer dans le politique, j'ai juste envie de décortiquer les scènes de la vie de tous les jours que je vois. En gros, concernant les violences policières, il y a un fait réel et moi je rap le truc de manière fictive.

Tu abordes les sujets d'actualités avec beaucoup d'humour mais parfois tes textes sont beaucoup plus sombres en référence à la musique sur les violences policières, c'est important pour toi de laisser l'humoristique de côté pour mieux faire passer un message?

En vrai, je trouve cela hyper important que mes sons soient quand même proche de la réalité. J'ai voulu incarner au mieux possible les différents protagonistes.

Après, je n'ai pas envie de mettre en avant les différents point de vue sociétales. C'est une simple histoire. Les gens interprètent cela comme ils veulent .

Je n'ai pas envie non plus de rentrer dans le politique, j'ai juste envie de décortiquer les scènes de la vie de tous les jours que je vois. En gros, concernant les violences policières, il y a un fait réel et moi je rap le truc de manière fictive. Je ne suis pas du tout un artiste engagé. Je ne fais pas de la musique pour cela.

Je note pas mal trucs et après je prend le temps de relire mes notes et parfois ça débouche sur mes story et cela peut m'aider pour mes textes.

Sur Insta, on voit souvent le rituel du café du matin avec les questions et les sondages , est-ce une source d'inspiration pour tes textes ?

Je bosse pas mal le matin. Je regarde pas mal de documentaires et je note pas mal de trucs sur mon portable dans mes notes. Après, cela peut être dans la vie de tous les jours, chez le boulanger, au bistro ...

Par exemple, hier, le serveur m'a dit "tu es taillé comme un fémur de sauterelle" . Je me suis dit que je devais noter cette punchline. Cela sonnait bien, cela avait de la gueule. Je note pas mal trucs et après je prend le temps de relire mes notes et parfois ça débouche sur mes story et cela peut m'aider pour mes textes.


Quels sont tes futurs projets?

Je pense que je vais amener la daronne dans le sud de l'Italie. J'ai une petite tirelire où je met pas mal d'argent de côté pour cela. Je vais checker Tripadvisor et et Airbnb pour partir et nous mettre bien.

Au niveau artistique: juste me faire plaisir pour le moment.


Instagram I Facebook

Nicolas Jolfre I 07.08.21


0 commentaire

Posts récents

Voir tout