Puissance 3 : retour sur une performance totale programmée au Glob Théâtre

Du 24 au 26 novembre avait lieu chaque soir au Glob Théâtre, Puissance 3, une performance imaginée par le collectif Le Denisyak. Cette pièce de théâtre à six mains, construite en direct autour d'un dispositif ingénieux, a attiré un public nombreux dans cette salle de théâtre des Chartrons et nous a séduit par sa joyeuse imprévisibilité.

© Planchenault

Une mise en scène insolite


Le dispositif que découvre le spectateur en entrant dans la salle promet une soirée mouvementée. Sur une même scène, l'on compte, trois écrivaines derrière leur ordinateur, cinq écrans, deux acteurs, deux techniciens, une caméra, et un micro plus propre aux rings de boxe qu'aux rideaux rouges. Mais le collectif ne s'arrête pas à cette originalité du dispositif scénique. A peine assis sur son siège, le spectateur se voit proposer un verre par un membre de l'équipe. Ce premier geste peu commun, désacralisant la relation artiste-spectateur, prépare le dialogue qui va s'amorcer. Le spectateur est invité à participer au processus, à le questionner et même à en dessiner quelques contours : il choisit certains termes pour les dialogues, assigne une écrivaine à l'écriture des répliques d'un personnage, une autre aux didascalies… Les règles du jeu sont aussi exposées au cours de cet échange. Les trois autrices derrière leur ordinateur écrivent en direct un texte que les acteurs jouent simultanément. Ces derniers, grâce à des écrans disposés astucieusement sur la scène, peuvent en effet lire leur texte en permanence. Les techniciens, eux aussi sur scène, réagissent au texte se faisant par des choix musicaux, des jeux de lumière.


© Planchenault

Une forme éphémère et surprenante


Ce pari artistique n'est bien sûr pas exempt de « failles » comme le reconnaissent les membres du collectif Le Denisyak. Parfois, la machine s'enraye, le texte vient à manquer. L'acteur temporise ou improvise. Le public ayant un œil sur les écrans soudain inanimés en rit, auteurs et acteurs aussi. Les artistes, en se mettant en danger, en risquant d'être à court de mots, de temps font surgir des réflexions étonnantes. Un acteur oublie, par exemple, la négation dans une réplique et formule donc une interprétation contraire. Des sens parallèles, multiples d'une scène apparaissent. La question de l'infidélité à un texte par la mise en scène, le jeu d'acteur, la diction, est posée. La performance devient, plus qu'un jeu ludique, un laboratoire artistique.

Ainsi, le soir de la deuxième représentation, le collectif Le Denisyak a créé, autour du thème « Métamorphose » imposé le jour même par la directrice du Glob, une pièce suivant la trajectoire d’une employée d’une multinationale s’étant fait implanter une puce électronique. Entre questionnement sur le transhumanisme, morceau de danse contemporaine et dialogues loufoques, il y avait de quoi se perdre. Mais, l’intérêt de Puissance 3 réside bien dans ce caractère vivant, parfois contradictoire, de la performance. Les pistes empruntées sont plus ou moins bonnes, on fait parfois machine arrière. Les auteurs, acteurs n’épuisent pas un sujet, ils explorent. Il ressort de cette aventure un rendu tourbillonnant qui semble avoir conquis le public, resté en nombre au Glob Théatre pour échanger avec les artistes après la représentation.


Le Glob Théâtre poursuivra sa programmation originale avec la pièce La part des anges. Cette pièce créée par la compagnie le Liquidambar se jouera du 9 au 16 décembre.








Info pratiques


Glob Théâtre

69 Rue Joséphine 33000 Bordeaux

Tram B – Les Hangars


FacebookInstagramSite internet




Collectif Denisyak


Facebook I Site Internet


 

Etienne Villette ⎮ 30.11.2021