Rencontre avec Ket Robinson

Mis à jour : mai 11

KET ROBINSON est un parisien de 28 ans fan de musique et plus particulièrement l'électronique. Bercé par la musique depuis toujours avec sa famille, ce n’est qu’à 8 ans par le biais de ses deux grandes sœurs qu’il découvre l’électro au sens large avec les Daft-Punk, Pills ou encore avec la Psytrance de GMS. A la tête de son label de vinylsKR Records” et se lançant dans la musique en 2011, le jeune DJ amateur de techno porte à son arc plusieurs projets dont un prévu pour lundi 11 mai 2020. C’est avec plaisir que KET ROBINSON a répondu présent à notre interview.

© Alban Gendrot

Bonjour KET ROBINSON, avant de parler de ton label et de tes projets, peux-tu nous raconter l’origine de ton pseudo ?

A la base je ne voulais pas que l’on me reconnaisse, du coup ma photo de profil était un personnage avec le visage caché (une sorte d’armure en cotte de maille qui remonte sur le haut de la tête). On ne pouvait donc pas distinguer si j’étais un homme ou une femme, ni mes origines. Du coup, “Robinson” sonne Anglais, et “Ket” est un mélange entre “Kat Frankie” et “Keith Carnal, deux artistes dont j’étais, et suis toujours très fan. J’ai commencé bien plus tard à mixer en public (à Shanghai en 2015), et c’est à ce moment là que j’ai finalement décidé de me montrer, et d’oublier cet avatar masqué. J’ai donc quand même gardé le pseudo de “Ket Robinson”, parce que ça sonnait très bien aussi, et qu’au final c’était complètement moi !”


Quels sont tes influences et styles musicaux ?

Très grand amateur de Drum n Bass, je pense que c’est ma principale influence. Mes tracks sont très rythmées, j’attache énormément d’importance sur les Drums (j’aurais rêvé être batteur). J’étais dans une période Dubstep quand j’ai commencé la prod, donc ça a forcément dû jouer sur le côté métallique et brutale de mes tracks. Mais le plus drôle, c’est que je suis tout autant passionné, voir plus, de vieille House 90 et d’Italo-Disco, ce qui représente bien 90% de ma collection de vinyls. Mes producteurs préférés sont UVB, VSK, Reeko, Rrose, Parallx, Orphx, Dotwav, Oscar Mulero. Et ça se ressent complètement en live lors de mes sets ! D’ailleurs, je rêverais de pouvoir signer un de ces artistes sur mon label.


Parle-nous de tes collaborations musicales et de ton ressenti ?

J’ai fait quelques collab comme par exemple avec NOMAZ, LAWINE, ou plus récemment KALTBLUME qui est un pote d’enfance. D’ailleurs, le 11 mai 2020, on va sortir un EP sur Fever Records, et une track sur la VA « Pronomina II » du label Substantiv le 28 mai avec un paquet de bons artistes comme Hioll, Keepsakes, 14anger, D.Carbone, ArchivOne, Schacke, etc…


Je pense que je vais finir par privilégier les collabs et le travail en équipe, surtout que je voudrais m’orienter vers un live en duo dans quelques années. Cela me permet de me concentrer sur mes forces qui sont les drums, et le mixage, et de laisser aux autres le soin de gérer les synthés, et les nappes, qui sont ma principale faiblesse.



Tu as créé ton label “KR Record” peux-tu nous parler de cette expérience ?

Il y a un an j’ai décidé de lancer mon label de vinyles « KR Records », avec en première release Electric Rescue, accompagné de la légende suédoise Pär Grindvik, et le talentueux espagnol Joton. Pour les covers et le logo c’est Rayure Graphique, ma sœur, qui est graphiste, qui les a réalisés. Antoine alias Electric Rescue m’a énormément aidé pour le lancement du label, autant en m’accordant sa confiance, que dans la recherche des remixers, mais également la mise en contact avec mon distributeur, etc… En plus d’être une vraie crème, on partage les mêmes valeurs pour la Techno et la scène actuelle. Je serais toujours reconnaissant pour son implication et son aide !

KR RECORDS

Aujourd’hui, KR Records propose aussi des sorties en digital, qui sont dispo sur le Bandcamp et le Beatport du label. Le but est de promouvoir des artistes talentueux qui n’ont pas forcément beaucoup de visibilité, ou tout simplement que j’apprécie et estime qu’ils devraient avoir plus de succès. Donc j’essaye de les aider à mon niveau !


Récemment tu as sorti ton dernier EP KR007. Quel était le projet et la collaboration avec les artistes ?

KR007 est la dernière release du label, sortie il y a 2 jours. Elle est signée par YRSEN, un jeune artiste Lillois qui m’a envoyé ses démos l’année dernière sur la page du label. Je suis content d’avoir signé son tout premier EP, il est hyper talentueux, et j’adore son style hypnotique ! J’ai voulu lui donner plus de visibilité en proposant à 3 autres artistes, et amis, de le remixer : Mathys Lenne, Lillois également et sa techno mentale que j’adore ; Blame The Mono, futur duo iconique de la scène Techno (retenez bien leur nom) avec leur techno breakée aux sonorités Dubstep; et le Bordelais PORTEIX avec un style bien brut 100% modular ! L’EP est d’ores et déjà soutenu par des artistes comme Boston 168, Marcel Fengler, Cristian Varela, Electric Rescue, Dusk, Richie Hawtin, Takaaki Itoh, Paco Osuna, etc…



En tant que DJ, qu’a-tu fais comme son ? Qu’as-tu prévu après le confinement ?

Je suis très prolifique, j’ai plus de 70 releases déjà sorties depuis 2015, à savoir June, The Maze ou encore Tar38. Dans les releases sympas à venir, j’ai deux tracks dont je suis assez fier que j’ai fait il y a 2 ans et qui sortent dans quelques mois sur un nouveau label Berlinois du nom de AURORA (fondé par la moitié du duo BEAT MOVEMENT), et dans une grosse VA qui sortira soon sur un label grec : CORPUS BLACK, avec d’autres artistes comme Insolate, Error Etica, Abstract Division, TWR72, etc… Il y a aussi pas mal de remix, et de VA sur lesquelles je vais apparaître ce mois-ci et durant l’été, et j’ai fini un gros EP durant le confinement, je n’ai pas encore envoyé les démos donc je ne sais pas sur quel label le sortir pour le moment.


Pour terminer quels sont tes projets post confinement ?

Au vu de la situation actuelle, je ne peux rien garantir mais je devais jouer en mars au Palais de Tokyo avec Paula Temple pour la soirée DARK, il n’y a pas encore de nouvelle date prévue. Je joue au Marvellous Island, la nouvelle date est en septembre. Et un festival en République Tchèque l’année prochaine. Pour les projets, je continue à fond les sorties sur KR Records, je termine un gros EP dont je suis assez fier, et selon où je serai dans quelques mois : essayer d’enfin monter un live ! Et j’ai très envie de créer un alias mélangeant House, Italo-Disco, et vieille Electro breakée !



Facebook - Instagram - RA - Beatport


Et pour suivre KR Records :

Facebook - Bandcamp


Manon Vincent I 10.05.

109 vues