Rencontre avec Kids Return

A l’occasion de leur passage à Bordeaux dans le cadre du festival Climax à Darwin, Kids Return ont passé un petit moment avant leur concert pour nous parler de leur groupe. Adrien et Clément ont répondu avec enthousiasme à nos questions que l’on vous partage dans cet article afin que vous en appreniez un peu plus sur leurs inspirations, leur univers musical, leur goût pour le cinéma et ce qui les fait vibrer en général. On vous invite également à découvrir leur tout premier album Forever Melodies, qui sortira le 7 octobre prochain. Un album tout en délicatesse poétique, néanmoins pas dépourvu d’un style pop dynamique et entraînant. Une ode à leur amitié et des titres qui ne peuvent que nous faire voyager.

© Elsa Johanna

Il y a quelque chose de profondément cinéphilique dans votre musique de part le nom de votre groupe qui est une référence à une œuvre du réalisateur japonais Takeshi Kitano, mais également grâce à vos clips qui semblent être tirés tout droit de séquences de films. Pourriez-vous nous parler de votre rapport au cinéma ? Comment celui-ci fait-il écho à vos créations musicales ?

A la base, mon père me montrait des films de Sergio Leone et j’ai été bercé par la musique d’Ennio Morricone. Lors du confinement, chez mes parents, tous les soirs nous regardions ses films. On a une bande de potes depuis longtemps et la plupart font de l’art dans divers domaines, donc on a toujours été dans un milieu propice à la créativité. A l’origine, on voulait même faire de la B.O de films pour commencer avant même de faire de la musique. Récemment, on a fait la bande-son d’un premier long-métrage. C’est vraiment ce qui nous a poussé à commencer la musique : notre musique et le cinéma sont indiscutablement liés.


Que cherchez-vous à faire ressentir aux gens qui écoutent votre musique ?

Des émotions diverses et variées. A la base, on veut se faire ressentir des émotions à nous-même quand on joue. On continue d’écrire un morceau seulement s’il nous évoque quelque chose, si on a envie de rire, de danser, d’être nostalgique… Nous, on fait des morceaux et ensuite on les donne aux gens pour qu’ils se les approprient avec leurs propres ressentis.


Si vous deviez définir Kids Return en 5 mots, lesquels choisiriez-vous ?

Déjà je dirais Amitié, ensuite Passion, Mélodies, Cinéma et Analogique.


© Elsa Johanna

Votre voyage à Los Angeles vous a inspiré le morceau Lost in L.A , pourriez-vous revenir sur la création de ce morceau, qu’est-ce qui vous a particulièrement ému dans

ce voyage afin de décider d’en faire un son ?

On a eu la chance d’y aller plusieurs fois, on a fait le clip avant de réaliser le morceau. On avait un ancien groupe et au moment où on était à Los Angeles on n'a pu rester que trois jours avant de rentrer à cause du confinement. Et on s’est dit qu’on aimerait écrire sur ce point de départ et notre amitié. Notre duo s’est créé à partir de ce moment, quand on a décidé de se confiner ensemble.


Avez-vous fait d’autres voyages auparavant qui ont également suscité chez vous l’envie d’en faire un morceau ?

On n'a pas fait de voyages particulièrement avant, mais il y a deux ans, pendant l’été, on a été s’isoler dans les montagnes. On a refait ça en novembre au même endroit et l’atmosphère du lieu nous a énormément inspiré pour le morceau Orange Mountains. Les Pyrénées pendant l’automne, visible à travers les grandes fenêtres du lieu où nous avons composé, était un peu orange et c’était vraiment très beau.



Y a t-il une destination que vous rêveriez de faire ?

On aimerait énormément tourner au Japon. Ça serait un rêve même si on ne connaît pas du tout, ça serait une forme d’accomplissement de se rendre dans ce pays tellement inspirant.


Pourquoi avoir choisi de faire une reprise de I will wait for you de Michel Legrand, la fameuse musique issue du film Les parapluies de Cherbourg ?

Déjà, on adore Michel Legrand. Nous ne sommes pas hyper fan de reprises de base mais lorsque nous sommes tombé sur un album de Chris Montez, un artiste mexicain qui fait des reprises de Michel Legrand. On a adoré. Ça nous a encore plus inspiré que l’originale elle-même et cet album de reprises a été véritablement l’album qui nous a accompagné lors de la conception de nos musiques.

© Elsa Johanna

Quelles ont été vos inspirations pour votre nouvel album dont la sortie est prévue pour le 7 octobre ?

On avait décidé de ne pas faire d’EP. On a eu envie de faire un album qui nous donnait envie à nous avant tout ! On s’est dit qu’on voulait faire un album qu’on aimerait écouter personnellement. On s'est principalement inspiré des années 60/70 : Beatles, The Mamas and the Papas… Mais on s’inspire aussi beaucoup de la french touch actuelle du genre HER ou encore des groupes comme Arctic Monkeys ou MGMT.


Si vous deviez choisir un seul film à voir et un seul album à écouter, lesquels choisiriez-vous ?

Paris Texas de Wim Wenders. Et si on devait garder un album ça serait Abbey Road des Beatles, selon nous c’est leur meilleur album. Après, bien évidemment, ça va dépendre des périodes, il y a pleins d’album que l’on pourrait écouter inlassablement en fonction des moments dans notre vie.


Pour finir, qu’aimeriez-vous partager de plus aux gens qui vous écoutent et à ceux qui vont continuer de vous découvrir ?

On peut vous partager une petite anecdote : on était à Vienne, il y a quelques jours et en prenant l’avion, avant d’arriver, on a rencontré l’équipage. On les a invité à venir nous voir jouer et pour nous rendre la pareille, ils nous ont proposé de visiter la cabine du cockpit.



Sortie de leur premier album

"Forever Melodies" le 7 Octobre !


InstagramFacebookSpotify


 

Marie-Manon Poret⎮26.09.2022