Rencontre avec Langougou, collectif de DJs passionnés prometteur !

Mis à jour : 20 août 2019

Retour sur la cinquième édition du Cinéma Apéro Open Air organisé par Feather au coeur de la verdure et des guirlandes de Graines de Sauvage. Pour cette édition, un DJ set, de bons snacks cuisinés avec amour par Graines de Sauvage et des répliques cultes avec la projection de la Cité de la Peur. C'est dans cette atmosphère chill, que nous en avons profité pour en savoir plus sur le jeune collectif bordelais surprenant et passionné Langougou, que nous avions invité à jouer ce soir-là. Prêt à revivre la soirée et les (re)découvrir avec nous ?


© Guillaume Ferrant

Les portes s’ouvrent à 17h, la team Feather apporte une dernière touche de couleur au cadre bucolique de Graines de Sauvage avant d’accueillir les premiers arrivants. La banderole Feather est en place et les dômes ainsi que les canapés se remplissent peu à peu. Le barbecue se prépare et son crépitement se mêle aux conversations du public.


© Guillaume Ferrant

Il est temps de laisser les platines à Langougou, une team de 3 DJs passionnés, membres du collectif La Sauvagerie, animés par une énergie folle. La véhémence de leur musique et de leur joie contamine l’endroit qui est maintenant plein.

Les bières et les Spritz s’enchaînent tout autant que les rires et les partages. Les premiers burgers et Hot-dogs partent, préparés avec amour par Chloé, cuisinière dévouée et talentueuse de Graines de Sauvage. Au menu : un plat personnalisé que vous pouvez garnir à votre guise avec aubergines et poivrons grillés, fromage frais, mayonnaise maison, kecthup, oignons rouges caramélisés ou bien salade… De quoi embaumer l’endroit et donner faim à tout le monde !


La House Jazzy de Langougou ravit toujours les oreilles et les corps du public et donne vie à l’atmosphère détendue du lieu. Avant la tombée de la nuit, Feather en a profité pour s'éclipser et interviewer les djs après un set survitaminé. Lara, Leïla et Bastien ont pris le temps de nous parler de leur parcours et de leurs projets. Rencontre avec trois jeunes amoureux de musique électronique.


© Fanny Mielnitchenko

Langougou c’est 1 gars, 2 filles. Des jumelles très exactement. Et rien ne laisse à penser en les voyant derrière leurs platines, que ces trois-là ont déjà écumé les meilleures salles et festivals de musique électro et techno d’Europe en tant que clubbeurs aguerris. De là, ils puisent leur inspiration, leur style, et tout simplement leur envie de faire danser leur public.


© Guillaume Ferrant

Du festival Monegros dans le désert d’Espagne aux clubs de Berlin (dont le Berghain sisi) en passant par le Sonar festival à Barcelone ou le Time Warp en Allemagne, les trois acolytes ont déjà une vision très large et pointue de la scène techno et électro d’aujourd’hui. De déceptions en découvertes, ils en tireront leur credo : « on va faire danser avant de faire du mix ». Être DJ c’est cool oui, mais pour eux être derrière les platines signifie avant tout faire danser les gens dans la salle. Tous les trois regrettent que cela soit devenu « marginal » dans la musique électronique d’aujourd’hui : les artistes ont tendance à perdre leur essence du début et à se regarder le nombril avant de penser aux aspirations du public.



Qu'à cela ne tienne avec Langougou, on vous promet qu’on dansera toujours, que ce soit en before ou en after, dans un bar, dans un club, sur un bateau ou dans un appart aux premières lueurs du jour : ils répondent toujours présents pour ambiancer nos soirées/matinées en adaptant minutieusement leur set.


On aurait presque oublié de vous parler de l’origine de ce nom : Langougou, original et facile à retenir. Parce que l’explication vaut quand même qu’on s’y attarde. La première raison serait que Leïla, Lara et Bastien sont tellement connectés qu’ils s’imaginent souvent avec des antennes de langouste. Et la deuxième parce qu’à leurs débuts il y a 6-7 ans, ils mixaient principalement en after entre 6h et 10h du matin une musique « aquatique » parfaite pour continuer la fête en douceur.

La connexion entre les membres du collectif saute effectivement aux yeux en les observant sur scène. Chacun a sa place, chacun a ses idées, tous les trois s’épaulent et s’entraident.


Pour les connaisseurs, ils se produisent en “back-to-back”, c’est-à-dire que chacun passe plusieurs morceaux à tour de rôle. Rien n’est prémédité, chaque morceau se passe au feeling en fonction du lieu, du public, de l’heure.

Leur point fort indéniable : la transition. Des transitions extrêmement bien gérées sur CD qui ne laissent aucun répit aux clubbeurs. La base pour des DJs pourrait-on se dire, et pourtant, un tel perfectionnisme est assez rare pour être souligné.


© Guillaume Ferrant

Après plusieurs sets au One percent et au Poisson rouge, une résidence au Red Gate, et des Heures Heureuses survoltées à Darwin (élu meilleur souvenir sur scène de Leïla), Langougou a encore de beaux projets dans la capitale girondine. Ils se sont récemment associés au collectif The Wild Brothers, bordelais lui aussi, pour créer La Sauvagerie et s’aventurer sur le territoire de la house. Rien de mieux que leur description : « Répandre la house, en organisant des soirées rythmées par des basses de l'espace et les grooves les plus naïce de la galaxie, vous faire danser comme jaja et devenir votre allié minceur été comme hiver. Mieux que du chou kale et surtout beaucoup plus fun, on se retrouve vite sur le plancher de danse aka the mother fucking dance floor !!! ».


Ça donne envie !

Stay tuned : leur première date sera dès la fin du mois d’août au Parallel à Bordeaux, lieu de leur rencontre. The Wild Brothers n’ont pas manqué de remarquer le talent des 3 DJs sur scène et sont tout simplement venus leur demander une collaboration après leur set. Ça promet de beaux déhanchés !


 En cadeau, Leïla, Lara et Bastien nous confient leurs morceaux coups de cœur, pour briller en (fin de) soirée, et surtout pour continuer la fête jusqu’au lever du soleil.

- Bastien : Rithma - Caffeine Sunshine

- Leïla : Harlem zip code – Club Triad

- Lara : Poker – I’m moving on (Audio soul project remix)


© Fanny Mielnitchenko

Artistes bonus et sources d’inspiration : Seth Troxler, Toman, Marcel Dettmann, et les millions d’heures de mix sur Soundcloud !

Fun, dansant, pas de note négative, pas de musique commerciale : voici les principales caractéristiques de ce collectif bordelais qui opère dans la région depuis près de 2 ans et qui n’a pas fini de pimenter nos soirées. Ils ont même des projets à La Rochelle, Paris ou encore Berlin…

À suivre donc, les prochaines dates sont juste ici :

- Parallel présente La Sauvagerie – BORDEAUX –  Dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24 Août (Event)

- La Sauvagerie // Closing Pool Party // Cap Golf  - LEGE CAP FERRET – Dimanche 25 août (Event)

- TBA - LA ROCHELLE – Octobre 2019


Suite à ce beau moment de partage et une fois que la nuit est tombée, la projection de la Cité de la Peur de Alain Berberian prit place, tout le monde installés comme à la maison à la lumière des guirlandes lumineuses. À 22h, le film commence et les rires résonnent. Ce classique du cinéma envoûte petits et grands et promet à un public enchanté, des rêves de Carioca endiablée… 


© Guillaume Ferrant

On vous laisse sur une superbe citation de Langougou : «  L’important c’est la sensation que procure la musique aux gens… on s’en fout du label. »

Un grand merci à Leïla, Lara et Bastien et à très vite en club !


Report photo de l'event : ici


Soundcloud I Facebook I Instagram


Lauren Georges, Fanny Mielnitchenko & Louise Naudot I 07.08.2019