• Feather

Rencontre avec Popof au Stereoparc Festival

Pour sa première édition, le Stereoparc festival (Rochefort 17) a invité Popof, Dj et compositeur français dont la renommée n’est plus à faire. En plus de nous avoir fait danser sur un set électrique, celui ci à accepté de répondre à nos questions. Il nous parle dans cette interview de ses projets, son ressenti sur la musique électro aujourd’hui... Bref, il se dévoile pour Feather, et on en est ravis !



Salut Popof, cette année nous te rencontrons au Stereoparc festival de Rochefort dans le sud-ouest. Peux-tu nous dire ce qui t’a motivé à venir jouer pour cette première édition ? 

Popof : Salut ! Tout d'abord cela fait très longtemps que je n'étais pas venu dans la région ; si je me souviens bien la dernière fois c'était aux Francofolies en 2011 !

Ensuite, j'aime beaucoup l'idée de participer à un premier festival, car c'est peut-être le début d'une grande histoire, et aussi pour soutenir les organisateurs, que je connais depuis bien longtemps.


Cela fait aujourd’hui plus de vingt ans que tu es un acteur majeur de la scène électronique française et internationale, commençant avec la hardcore, puis la techno/minimale, ainsi que la house avec la sortie de ton album en 2015 Love Somebody, sur le label de Jamie Jones, Hot Creations. Quelles sont tes envies musicales à présent ? As-tu de nouveaux projets à venir?

Mes envies musicales sont de revenir à un son plus techno ! D'ailleurs, j'ai signé 2 disques sur les labels de Nicole Moudaber et Adam Beyer depuis le début de l'année qui marquent bien ce changement ! J'ai une nouvelle sortie sur Deeperfect, et qui sonne un peu plus tech-house, et enfin une autre très techno qui sortira en octobre sur Elevate, le label de Pig & Dan.


© Stereoparc Festival

La musique électro est de nos jours très démocratisée et accessible à qui le veut. On voit d’ailleurs émerger beaucoup de nouveaux Djs et artistes, la plupart du temps autodidactes. En tant qu’ « ancien » dans ce milieu que penses-tu de cette nouvelle production musicale ?  Est-ce possible que toute cette quantité d’artistes fasse perdre en qualité musicale?

Le fait de pouvoir accéder à la production beaucoup plus facilement de nos jours enlève le côté "élitiste" et permet donc à beaucoup plus de monde de faire de la musique électronique, et c’est très bien ! Certes il y a beaucoup plus de choses, et il faut fouiller profondément mais dans cette masse il y a du très bon ! Et c'est le côté positif de la chose.


Quel est ton meilleur souvenir de festival/concert et quelle est ta pire expérience ? 

Je n’ai pas un seul meilleur souvenir en tête, mais il y a un moment exceptionnel que j’ai vécu à Glastonbury l’an dernier. On avait été assez chanceux pour qu’il ne pleuve pas les deux premiers jours ; venu le soir du troisième jour, en plein milieu de ma prestation il s’est mis à pleuvoir à torrent alors que le dancefloor était blindé. Mais plutôt que de se disperser, les gens, ont crié et dansé encore plus fort !! J’ai terminé sur une note incroyable de bonne humeur et d’énergie folle.  

En mauvaise expérience, il y en a plusieurs aussi, je dirais la fois où on a fini au poste au Mexique parce que l’un des artistes qui m’accompagnait avait perdu le papier qui lui permettait de quitter le territoire. C’était férié et nous avons moisi dans un commissariat pourri pendant des heures. Pour, au final, me retrouver à signer des autographes au chef des Douanes à l’aéroport…


© Stereoparc Festival

Et pour finir, as-tu un artiste qui te plait et découvert récemment que tu voudrais partager avec nous ? 

Animal & me. Ce n'est pas un artiste que j'ai découvert récemment, mais sa musique actuelle est une techno sombre et mélodique très intéressante.



Facebook I En musique

Emma Seintouil I 15/08/2018

© Emma Seintouil

© Stereoparc Festival

274 vues