Street art : Colorama voit la vie en bleu

C’est une maison bleue accrochée au front de mer. Vestige d’une époque plus faste, l'hôtel Bellevue, fermé depuis trois ans, s'apprête à tirer sa révérence.

Colorama l’a investi pour sa cinquième édition. Initié par Michel Eveno, alias Grems, chaque année, ce festival de street art biarrot redonne vie à des lieux voués à disparaître, destiné à la démolition ou à la réhabilitation.


Une couleur, 4 étages, 28 artistes locaux et nationaux, le tout monté en 20 jours.


Cours Edouard VII, de l'hôtel Bellevue, on voit l’océan. Le bleu des vagues, parfois celui du ciel, prolonge les nombreux tableaux immersifs de l’expo Une exposition in situ qui se nourrit du bâtiment, son histoire et son environnement. Le résultat est stupéfiant, étourdissant même, et ce malgré les difficultés que le vieil hôtel impose. Les fuites au coeur de la tempêtes par exemple…


Ce festival porté par l’association Street art Biarritz et Mykka Agency est une idée lumineuse à plusieurs niveaux : il est vecteur de diffusion de la culture et de l’art actuel sur le territoire basco-landais qui, malgré sa richesse culturelle et traditionnelle, manque cruellement d'initiatives de ce genre. Ensuite le Colorama est un second souffle pour le patrimoine local, une occasion de s'intéresser à l’histoire de notre cher BAB, de regarder ce que l’on ne voyait plus. Enfin l'éclectisme de sa programmation permet de révéler nombre d’artistes émergents en les exposant aux côtés de grand noms du graff.

© Océane Rigonnet

A propos du curateur…


Vous le connaissez sans doute sous le pseudo Grems , rappeur, graffeur et designer, c’est principalement à lui que l’on doit Colorama, créé en 2016.


« Je suis parti de Paris pour tenter les Beaux-Arts de Bordeaux. Je me suis spécialisé dans le graphisme. J’ai crée un style populaire, de l’illustration qui marchait bien. Je réalisais des flyers, des pochettes de disque. C’est comme ça que j’ai commencé à me faire connaître. J’étais hyperactif et très maigre, d’où ce pseudo, Grems, qui veut dire maigre si on inverse les syllabes. »


Le style de ce « renaissance-man » oscille entre expressionnisme abstrait et imagerie pop des 60’s. À ce pinceau aguerri s’associe un oeil expert, le commissariat d’exposition est aussi varié que cohérent, ce qui fait de chaque édition de Colorama un univers à part entière.


La programmation de 2020


Brusk, Flore Delage, Jain (également connue pour sa carrière musicale)... 28 artistes réunis autour du Pantone Classic Blue. Il s’agit d’une programmation éclectique, ou même les médiums varient. En effet, certains artistes se démarquent par leur usage de la matière et de la 3D. Je pense aux collages de Charlotte Esquerre , au tricot onirique de Cléa Lala ou encore aux sculptures de Kabanak, street artiste et entrepreneur local. On remarque aussi une part importante d’artistes femmes dans cette édition de Colorama. S’il n’y a là ni volonté politique ni démarche militante, ça fait quand même plaisir.


FacebookInstagram


Informations pratiques :

Du 3 octobre au 3 janvier 2021

Hôtel Bellevue, 5 Avenue Edouard VII

64200 Biarritz


Ouvert tous les week-end et pendant les vacances scolaires

tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h.

Fermé le 25/12 et 01/01

Maeva Gourbeyre ⎮ 09/10/2020


0 commentaire