Trente Trente : le retour d'un festival hybride

Le 18 janvier, c’est le retour de Trente trente, un festival dédié aux formes courtes engagées et expérimentales. Trente Trente se joue des genres et propose une vingtaine de formes artistiques aux croisements des disciplines : danse, performance, musique, théâtre, cirque…

Ce rendez-vous unique met en avant des créations à la fois éclectiques et exigeantes valorisant ainsi la richesse et la particularité de la nouvelle scène locale, nationale et internationale.


Le corps et l’intime

Cette édition 2022 a pour fil rouge la thématique de l’intimité, du rapport à soi par sa corporalité. Tout d’abord dans la sublimation du geste et de la voix. La danse et le mouvement occupent une place intéressante dans cette programmation. La notion d’intimité sera mise en exergue par la prépondérance des solos et duos. Cette forme de création qui était d’abord favorisée par une contrainte financière est devenue un réel choix de direction artistique.


Une belle vitrine pour la scène locale

Cette année, bien que la programmation soit toujours internationale, la part belle est à la jeune création néo-aquitaine :

La première raison à cela est pratique : avec le confinement, les programmateurs ont moins eu la possibilité de se déplacer pour découvrir de nouvelles créations en résidence. Mais au-delà de cette contrainte, je pense qu’à l’heure où la culture retrouve peu à peu ses marques, il est essentiel de s’engager et de soutenir nos artistes en région.

"La première raison à cela est pratique : avec le confinement, les programmateurs ont moins eu la possibilité de se déplacer pour découvrir de nouvelles créations en résidence. Mais au-delà de cette contrainte, je pense qu’à l’heure où la culture retrouve peu à peu ses marques, il est essentiel de s’engager et de soutenir nos artistes en région".


Et la Nouvelle-Aquitaine jouit d’un foisonnement –qui s’agrandit en dépit de la crise traversée– d’artistes particulièrement intéressants, qu’il faut mettre en lumière. Hors circuits, ou hors institutions, créer et présenter leur travail a été d’autant plus difficile. Parmi les propositions made in Nouvelle-Aquitaine, nous allons présenter le travail passionnant de Sophie Dalès , ou encore Sthyk Balossa que je suis depuis plusieurs années. C’est aussi la spécificité des rencontres : une fidélité au fil des éditions, pour un véritable suivi. Comme le duo Éric Charron et Annabelle Chambon qui présentera sa nouvelle création.» explique Jean Luc Terrade, directeur artistique du festival.


Alternatif mais accessible


Recevoir l’art, ça n’est pas être passif devant une proposition artistique ou un tableau ...

Quand on demande à Jean-Luc Terrade, si sa programmation est accessible à tout public, sa réponse est la suivante :

« Je ne sais pas si c’est accessible à tout le monde... En possibilité oui, tout le monde peut venir et d’ailleurs notre politique tarifaire va en ce sens pour que le prix des spectacles ne soit pas un frein. Il faut cependant accepter que des gens refusent ce type de programmations, ils en ont le droit après tout. Mais en tout cas chez moi, et chez l’ensemble de nos partenaires, ils peuvent refuser et partir facilement ! Avant on jetait bien des tomates sur la scène quand on n’aimait pas un spectacle... Je n’irais pas jusqu’à demander cela au public, mais je souhaiterais qu’il s’affranchisse encore un peu de ces derniers codes, qu’il s’autorise le droit de tester, avec la possibilité d’aimer et de ne pas aimer, et de se sentir libre de l’exprimer. Recevoir l’art, ça n’est pas être passif devant une proposition artistique ou un tableau. Encore une fois c’est un lâcher-prise, des deux côtés. C’est peut-être cet engagement réciproque qui fait de Trente Trente un festival accessible à tous...»

© G Ruiz

Une programmation à découvrir du 18 janvier au 10 février 2022 dans

plusieurs lieux de Bordeaux Métropole et à Boulazac.


Informations Pratiques :

Du 18 janvier au 10 février 2022

Billetterie


Facebook I Instagram I Site Internet


Maeva Gourbeyre I 24.12.21