Une séductrice à Bordeaux : l’Opéra est sous le charme de Manon


Le lundi 8 Avril, Feather a eu la chance d’assister à l’opéra Manon. Nous avons été bercé par la musique de Jules Massenet (1842-1912) et surpris ainsi qu’emerveillés par la mise en scène d’Olivier Py. La direction musicale était guidée par Marc Minkowski, directeur de l’Opéra National de Bordeaux. L’opéra est une adaptation du roman de l’Abbé Prevost, Manon Lescaut, publié en 1731.



Le roman raconte l’histoire d’une jeune fille, Manon, envoyée de force au couvent. Une jeune fille qui souhaite mener une vie de plaisir mais dont la famille refuse de la laisser chuter dans le péché. Cependant, elle n’intégrera jamais ce couvent car elle tombera éperdument amoureuse du Chevalier Des Grieux. Un amour passionné qui leur sera fatal.

Avant d’assister à la représentation nous avons eu la chance d’être guidés dans l’univers lumineux et anecdotique de l’Opéra National de Bordeaux.



Nous avons rencontré le ténor Benjamin Bernheim qui incarne le rôle du Chevalier Des Grieux, le baryton Alexandre Duhamel qui interprète Lescaut, le cousin de Manon qui participera grandement à sa chute dans le vice et la mezzo-soprano Adèle Charvet qui joue Javotte, un personnage frivole et décalé. Les artistes nous ont parlé de leur relation à la musique de Jules Massenet et au travail d’Olivier Py qui est, pour tous, surprenant et unique.


De plus, la régisseuse Gabrielle Laviale nous a présenté les enjeux et les missions de son métier qui est essentiel au bon déroulement de la pièce. Gabrielle Laviale, installée dans une petite boîte au coin de la scène, mène minutieusement les fils de chaque représentation. Elle se doit de vérifier que les annotations du metteur en scène sont respectées et que chaque artiste réalise son entrée avec succès. Dotée d’un micro, de la partition et d’une passion pour l’art de la perfection, elle est à l’origine de la synchronisation de la magie qui éblouit le spectateur.

Tous les quatre nous ont permis de comprendre la difficulté du montage d’un tel spectacle et de la préparation physique que ces rôles suscitent.

La deuxième étape de cette visite fut la découverte des sous-sols de la scène de l’Opéra. La machinerie qui s’y trouve date du XIXème siècle et est caractéristique de l’authenticité ainsi que de la longévité de l’endroit.



Il est 20h, nous sommes maintenant installés près de la scène et nous attendons avec impatience que le spectacle débute. Avant que les décors grandioses ne s’illuminent, Marc Minkowski nous annonce que Nadine Sierra est souffrante et que c’est la très talentueuse Amina Edris qui interprétera le rôle de Manon.

L’opéra commence, les premières notes composées par Jules Massenet et accompagnées de la main de Minkowski résonnent.


Au même moment, trois femmes torse nue à cheval sur trois hommes à quatre pattes traversent la scène de l’opéra illuminée d’un rose éclatant. Cette esthétique charnelle va marquer toute la mise en scène d’Olivier Py qui a su apporter une intensité visuelle à la force émotionnelle de l’oeuvre de Massenet et de l’Abbé Prévost. Les couleurs des costumes et de la scène sont celles du désir et de la passion. Les nombreux danseurs jouent de leurs corps et de leur sensualité durant toute la pièce afin de représenter cette attirance que Manon ressent pour le plaisir et le plaisir dans lequel Des Grieux se laisse plonger pour l’amour de Manon. Le décor impressionne par sa grandeur et sa capacité à se déplacer afin de s’adapter aux émotions des personnages.


Benjamin Bernheim est éblouissant de talent en Chevalier Des Grieux et la relation platonique qu’il entretient avec Manon, interprétée par Amina Edris, ne cesse de fasciner le spectateur qui retient son souffle à chacune de leurs querelles ou de leurs étreintes. Amina Edris joue une Manon déchirée entre sa volonté de vivre de plaisirs et de liberté et celle d’aimer le Chevalier pour le restant de ses jours.

Vêtue de robes chimériques et illuminées, elle se proclame reine de beauté et des coeurs des hommes pendant que le Chevalier tente d’oublier l’amertume de sa perte amoureuse auprès de Dieu. Cependant cet amour aura raison d’eux et c’est après de nombreuses péripéties : jeux d’argent, arrestations, tentation au plaisir et trahison que les deux amants aimants se retrouvent. Des Grieux couvre Manon de bijoux mais elle s’éteint dans ses bras, ne pouvant survivre la guerre qui s’opère entre son coeur et sa raison.


L’Opéra National de Bordeaux présente une oeuvre éprise de modernité et d’intensité qui est représentative de la diversité de sa programmation. L’opéra Manon est un spectacle unique et ambitieux qui enivre le spectateur dans un univers de comédie, de rêve, de sexualité nihiliste mais aussi de combats amoureux et moraux.



L’Opéra nous montre une autre de ses facettes et s’inscrit comme une institution culturelle essentielle à Bordeaux qui intègre tous ses publics. En effet, l’Opéra est accessible. Il propose notamment un tarif jeune de 10 euros pour chaque représentation de ballet.


-- Représentations du 5 au 14 Avril 2019 --




Site internet

Louise Naudot et Eva Pons I 12/04

© Guillaume Ferran