Vendredi Sur Mer, une interview à nue

Dernière mise à jour : 13 juin

Il était midi, midi passé, c’était pas de l’ennui, nous étions juste en interview avec Vendredi Sur Mer à l’occasion de sa venue samedi 21 Mai pour une soirée French Pop avec Bordeaux Rock à l’emblématique Salle des Fêtes du Grand-Parc. C’était beau, c’était floral, nous étions fan de ce moment.

© Mathilde Friaud

Les ‘premiers émois’ de Charline Mignot alias Vendredi Sur Mer se créent en 2019, un premier album où se livre une intimité sensuelle dans une bulle électro alternative. Son côté rétro assumé nous amène à vouloir la découvrir davantage tant il résonne et nous marque. Dans un univers digne de la vénus de Botticelli, sa musique perle et s’installe dans nos playlists. Un album doté d’une identité visuelle forte et sonore affirmée qui nous envoûtera jusqu’à la sortie du deuxième album. Et c’est au début de 2022 que Métamorphose marque la transition radicale d’un premier album effacé laissant la voix d’une Vendredi Sur Mer affranchie, prête à mettre le feu. L’interview a alors commencé sur cette question :


Qu’as tu appris de ton premier album ?


Beaucoup de choses comme tout l’univers de la musique, des maisons de disque, de la radio, des télés, des interviews. En réalité j’ai tout découvert via ce premier album et j’ai surtout découvert la scène, comment moi je vivais ça aussi, et ça m’a donné un cadre pour la suite des choses finalement.

J’ai pris beaucoup de plaisir lors de cette première tournée à jouer mes chansons alors je suis extrêmement contente de repartir pour une deuxième tournée.

Un petit 7 différences entre ton premier album et ton deuxième sur comment tu l’as vécu, la vision que tu en as…

  • La première je pense que ce sont les sonorités, la musique, j’ai bossé avec pleins de gens sur cet album, qui venaient de pleins d’environnement différents, certains venaient du classique, d’autres de la techno, donc déjà le son a changé.

  • Ensuite les visuels, les clips, avant j’avais pas envie spécialement d’être dedans et là j’ai eu envie de prendre place et d’avoir le premier rôle.

  • La manière dont j’ai fait cet album, qui est très différente de celle dont j’ai fait le premier. Là, j’étais en studio de A à Z avec je ne sais combien d’heures par semaine avec plein d’intervenants. C’est complètement différent par rapport à avant ah ah !

  • Ensuite je peux dire les textes qui sont beaucoup plus présents sur ce nouvel album, mon premier album faisait beaucoup plus écho à mon adolescence et à ce que j’ai pu vivre auparavant. Là, ce sont des textes qui sont ancrés dans le présent, ce que je vivais était marqué en chanson directement.

  • Le chant, je suis allée chercher pour cet album quelque chose que je ne m'autorisais peut être pas avant, ça fait partie du nom de l’album “Métamorphose”, je me suis aussi découverte dans cet album. Travailler avec plein de monde. J’étais habituée à quelque chose de très petit, dans ma petite bulle, et là, j’avais la volonté de m’ouvrir à ces gens et j’en ai rencontré encore plus, c’était super chouette ! Ça fait aussi partie de la métamorphose.

  • La scène ! J’ai des musiciens, une scéno très différente d’avant. J’avais envie d’une batterie quand j’ai pensé au live, ça apporte une dimension, c’est quelque chose.

  • Et une dernière, juste moi ! Je suis très différente de mon premier album. Là j’avais toutes les cartes en main pour me projeter et m’enlever un poids d’appréhension, je suis plus sereine maintenant.

La liberté, que je me donne à moi même et que j’ai eu plaisir à prendre sur cet album, ça change pas mal de choses chez moi personnellement.

Si tu devais décrire la toi de 2022 post-Métamorphose :


La liberté, que je me donne à moi même et que j’ai eu plaisir à prendre sur cet album, ça change pas mal de choses chez moi personnellement. Je suis assez différente car je vois les choses d’une autre manière, je suis plus sereine… C’est assez étrange d’ailleurs mais oui, la liberté.


Si on ne te connaissait pas, tu nous conseillerais d'écouter ton deuxième album à quel moment ?


Oulaaa, je dirais qu’importe le moment, dans la journée, dans la nuit, mais peut-être seul, en tout cas il y a une impression de plusieurs lectures qui revient souvent, compris certains textes, entendu d’autres sons que les journalistes n’avaient pas entendu; Je pense que la première écoute tout seul serait sans doute la meilleure et puis n’importe, si on souhaite danser avec ses amis, à 14 heures, ou dans sa chambre, certains textes sont plus personnel et d’autres plus dansant. Plein de possibilités.


Ton spot idyllique où tu aimes le plus te produire ?


J’ai fait des festivals en bord de mer où le soleil se couchait, vers 20h et c’est un moment assez sympa pour jouer, la lumière qui se décline, le paysage trop beau, je crois que ouais c’est CE SPOT ah ah ah.


Juste par narcissisme, tu connais un peu Bordeaux pour clôturer cette entrevue ?


Ouiii je suis venue quelques fois déjà, j’ai de la famille pas loin, c’est très charmant. Même une fois je me rappelle j’avais mangé dans un bistrot, et j’ai gardé la carte dans mon porte-monnaie pour te dire, c’était trop bon ! C’est le Charabia, au 26 Rue du Maréchal Joffre à Bordeaux centre ! C’était incroyable, il y a 2 ans j’étais en vacances chez ma famille et on était venu sur Bordeaux pour manger pour la petite histoire ah ah ah.

Et on vous conseille d’écouter son dernier album si vous n’avez pas eu la chance d’aller la voir en concert le 21 mai dernier, merci à Bordeaux Rock et à Vendredi sur Mer pour ce moment.


InstagramFacebookSite internet

 

Océane Thomarat ⎮ 09.06.2022