Yellow.cold

Mis à jour : 6 mars 2018


Il y a des découvertes parfois qui, par la force du hasard, nous scotchent. C’est le cas de Julie, ou « yellow.cold »  sur Instagram, dont les dessins, simples mais efficaces, apparaissent comme un petit bijou d’inventivité.

Quelque part entre la mélancolie et la justesse, les personnages de Julie nous parlent.

Le plus souvent de petites tailles, pas toujours centrés, ils laissent à l’espace de la feuille une importance non moindre : celle d’attirer l’œil et de donner de la force à leur environnement. Comme si ce blanc se remplissait grâce à l’imaginaire du spectateur. Un espace important aussi, pour permettre à chaque personnage d’être libre de ses mouvements, d’où cette impression qu’ils ne sont pas si figés que ça.  Avec les jeux d’ombre et de la couleur, parfois, le résultat est un délice.



Feather : Bonjour yellow.cold, peux-tu te présenter ? Qui es-tu, d'où viens-tu ?

Julie : Bonjour Feather !

Je m’appelle Julie, je tiens une page Instagram qui relate du dessin et de l’illustration. J’ai 25 ans et je suis née à Bordeaux, ville dans laquelle j’ai étudié l’art et le design pendant 5 ans. Je suis diplômée des Beaux-Arts de Bordeaux (EBABX) depuis juin 2016. Je suis très attachée à ma région et à son patrimoine, je suis une grande amatrice de vins. Je suis une artiste depuis que je suis toute petite :  le dessin a toujours été pour moi une manière de vivre, ainsi que la peinture. Curieuse de nature, j’ai grandi en manipulant les mediums tel que la photographie, la peinture, le dessin, l’infographie etc. C’est ce que j’ai fait pendant mes études : de la mixité.

Je termine une année d’étude actuellement, et je suis à la recherche d’un emploi dans l’art et le culturel, étant donné que mon diplôme me donne le statut d’artiste-designer. Néanmoins, mes dessins sont en lien avec ma vie, mes goûts, mes proches, mes passions, (danse, art, musique, mes références culturelles), tout ce qui m’entoure et construit mon univers.


Quel matériel utilises-tu ?

Julie : Pour mes dessins, je travaille énormément en noir et blanc, je n’aime que le gris que porté, le juste milieu pour moi est vide (le noir et blanc = parti pris dans beaucoup de mes projets artistiques et de design). Alors j’utilise des rottring avec des mines très fines (0,1 et 0 ,05) et du papier format A5. Petites mines, petit format, petit dessin…. « Less is more », attiser la curiosité, donner envie à l’œil de s’arrêter et de traduire quelque chose, attiser le regard sur un esthétisme certes petit mais fort.


As-tu des influences, tant dans le dessin que dans d'autres supports ? Peux-tu nous faire découvrir tes coups de cœur ?

Julie : Musicalement, je suis influencée par les musiques de films (James Horner, Hans Zimmer, John Powell, John williams, Ludovico Einaudi…), Coldplay qui est le groupe qui m’inspire énormément dans tout (je vais d’ailleurs les voir au stade le 16 Juillet prochain !), José Gonzalez, U2, One Républic, Aérosmith, Led Zepplin, Of Monsters and Men, je ne dessine jamais sans musique, ou film en fond.

En parlant de film, mes influences sont Forrest Gump (le meilleur film), La La Land, Titanic, La vie rêvée de Walter Mitty, j’adore ce cher Tarantino bien entendu. Graphiquement je suis très influencée par le design et design graphique Bauhaus, P.Mondrian, G.Rietveld, E.Mari, J.Muller-Brockmann, Archigram, B.Munari, je suis une grande adepte de la typographie simple comme la Arial, l’Akzidentz Grotesk ou en encore la Helvetica c’est bien pour cela que je suis une fan du travail de expérimental jet set. Mais pas que, j’aime aussi le travail des frères Bourroulec, les frères Campana, etc…

J’aime le concept de la bd, son influence vers la lecture visuelle et écrite qu’elle peut apporter aux enfants. J’ai appris à lire grâce à elle, car je lisais par le visuel, et je dessinais ma vie en m’aidant d’elle. La bd a eu une grosse influence sur moi-même et m’a beaucoup appris.

Qui sont les personnages que l'on peut voir apparaître sur ta page instagram ?

Julie : Sur mon Instagram, vous pouvez voir des personnages de mon entourage, des caricatures de mes pensées, de mes émotions, de mes envies. Tout dessin raconte quelque chose en rapport avec moi et mon univers. Certains dessins sont fait en collaboration, comme par exemple avec une bloggeuse parisienne et scénariste talentueuse : Lola Faroux de @avecdessistories.

C’est ce qui nourrit mes créations, sans tout cela, mon Instagram ne serait qu’une page « vide ». 


Ce trait fin, de petits personnages face au vide de la feuille, ça laisse paraître un peu de timidité, non ? Ou est-ce que ça pourrait permettre à la personne qui le découvre, de créer son propre monde autour ?

Julie : Aucune timidité, plus de sensibilité au regard, à l’esthétisme, toujours dans cette optique du simple mais efficace, cette phrase me plait énormément. Ce qui me plait, c’est que les autres puissent se retrouver dans mes créations, se sentir mieux en les regardant, ou même se reconnaître. Il est important de montrer que nous sommes tous des êtres humains et que nous pouvons nous retrouver même à travers des univers artistiques. Et c’est intéressant de permettre aux autres de s’intégrer dans cet univers, ou du moins que cet univers leur apporte quelque chose.


Sylvain Gourdon I 05/2017

© Yellow.Cold