top of page

Discussion avec Tioma

Signé depuis maintenant deux ans dans le label Bonne Étoile ; Tioma est un jeune artiste très prometteur. Guitariste depuis son plus jeune âge, sa musique autant mélancolique que solaire, saura vous transporter jusqu'aux jolies plages de la côte landaise. À l'occasion de la sortie proche de son prochain EP, nous l'avons rencontré au Rose Festival afin qu'il puisse nous parler de son univers et de ses ambitions en tant que jeune artiste.

© Paul Gaiffe

D'où est-ce que l'envie de faire de la musique est née ? Et quelles sont tes sources d'inspiration ?

Je faisais du son chez moi, dans ma chambre. C'est pour ça qu'aujourd'hui, on retrouve quelque chose d'assez simple et épuré qui définissent mon univers. Toujours avec une guitare, parce que je ne pouvais faire que ça à l'époque chez moi.

Au niveau des inspirations, en français, je dirais Nekfeu pour l'écriture, Alpha Wann. J'aime beaucoup ce que fait Ben Mazué aussi.

Pour les inspirations internationales, Steve Wonder, Tom Misch...


Venant de la guitare voix, quel est ton rapport et comment choisis-tu tes instrumentales ? Privilégies-tu l'acoustique ou tu tends à utiliser aussi des sonorités plus numériques ?

J'aime toujours retrouver de l'organique dans mes sons, donc oui j'aime qu'il y ait une guitare, ou au moins une ligne de basse enregistrée.

Je fais attention à ça et mon rêve serait de produire à l'ancienne, limite sur bande. J'aimerais me rapprocher de ça. Mais je pense que c'est quand même intéressant aujourd'hui de se servir de l'acoustique autant que du numérique, et même d'allier les deux parfois pour créer de nouvelles sonorités plus originales.


A l'heure où on se parle, tu viens de sortir deux nouveaux singles "Danser dans mes yeux" que tu as d'ailleurs clipé et "Passio" qui annonce la sortie de ton prochain EP du même nom.

Comment as-tu procédé pour sa création ?

C'est un double single, "Passio" un son en solo et "Dans mes yeux" en featuring avec une superbe artiste noeeavec2e sur Instagram. Elle a une voix assez singulière qui va plutôt sur la chanson française et qui colle bien avec ce que je fais.

Pour mes clips, je recherche toujours quelque chose de simple et épuré, sans danseurs ni autre. Mais plus des beaux plans de la nature par exemple.

Toutes les vidéos et photos du projet ont été faites par un ami à moi, réal, Paul Gaiffe ; quelqu'un de très talentueux. Pour l'EP c'est une DA assez homemade, entre amis. Toutes les maquettes ont été faites dans ma chambre pour commencer. Puis je suis allé enregistrer les voix, sur une semaine dans un grand et beau studio avec un ingé son d'exception. On s'est vachement fait plaisir musicalement. L'EP se compose principalement de voix, de chœurs, de guitare et de piano. Mais aussi de drums en acoustique. On retrouve souvent ces éléments dans mes sons, que j'apprécie particulièrement.

La signature chez bonnes étoiles a dû être un vrai coup d'accélérateur dans ta carrière, comment la rencontre avec Big Flo et Oli s'est faite et à quel moment interviennent-ils dans ton procces ?

C'est une superbe opportunité ! Ça m'a permis de rentrer professionnellement dans le domaine de la musique. Premier EP l'an dernier et maintenant le nouvel EP "Passio". Je suis trop content de pouvoir proposer ça sous ce label.

C'était sûr les réseaux, mes covers ont prises pendant le confinement. Ils l'ont vu et m'ont écrit. Les choses se sont faites naturellement ensuite. Dans mon processus créatif ils me donnent leurs avis et me donnent des conseils, le son qu'ils préfèrent, celui que je devrai sélectionner pour le projet ou une phrase qui ne va pas et que je devrai peut-être modifier.

Mais à part ça que des bons conseils. Et ils me laissent quand même libre de choisir et de composer ce que je veux faire.


Passer de sa chambre à la scène ne doit pas être facile et peut même parfois intimider je suppose ? Comment est-ce que tu as géré ça ?

J'adore les concerts, c'est un moment extra, mais oui c'est toujours du stress avant de monter sur scène évidemment !

Je m'améliore au fur et à mesure. J'ai besoin d'un bon moment seul avant pour me conditionner, puis quand c'est partis tout va mieux et le stress redescend mais c'est un exercice pas forcément simple c'est clair !

Dans tes sons tu parles d'amour et de choses intimes, quel est ton regard vis à vis de tes proches qui écoute ta musique ? Est-ce que tu y portes de l'importance ?

Mes amis sont au courant de plus ou moins tout sur ma vie donc pour eux ça n'a pas été un problème. Au tout début pour ma famille je me posais un peu la question de ce que certains allaient penser ; mais en fait ils l'ont super bien pris et j'ai une famille super à ce niveau-là qui m'encourage et sont derrière moi !


Comment se démarquer de nos jours quand on fait de la « variété française » selon toi ?

Ça dépend, dans mon cas j'essaye d'avoir mon propre style. Et je pense que c'est ça la clé en tant qu'artiste ; trouver un style qu'on puisse qualifier de nouveau.

Comme Ben Mazué que j'ai cité plus tôt par exemple, lui, il est entre le rap et la chanson française et c'est quelque chose que peu font, du moins très bien.

Je pense qu'il faut aussi une bonne connaissance de la musique, chose que je n'ai pas forcément encore. Parce qu'il y a une différence entre la musique qu'on fait et celle qu'on écoute. Voir et penser sa carrière sur le long terme, ne rien faire au hasard. Si on aborde un thème ou un sujet, se demander si on est capable de le porter dans le futur.

© Paul Gaiffe

Quelles ambitions as-tu pour la suite de ta carrière ?

Déjà sur scène j'ai un ami à moi qui fait de la basse, de la guitare et qui va pouvoir envoyer des prods. Ça va être plus fat. Jusqu'à présent j'étais seul sur scène en guitare voix. Donc là ça va permettre de faire grossir le projet et de proposer de nouvelles choses en concert.

Ensuite j'aimerais que la musique que je fais et que mon prochain EP ne vieillisse pas trop mal, c'est un de mes critères quand je compose.

Avoir un jour j'espère, une nomination pour une victoire, une certification d'un titre ou d'un projet qui me tient à cœur ; ça sera génial en termes de reconnaissance pour le travail qu'on fournit. La musique pour moi c'est plus un marathon qu'un sprint.


Est-ce que tu as quelque chose à dire en particulier pour clore cette rencontre ?

Oui, que j'ai commencé seul dans ma chambre et qu'aujourd'hui je suis déjà fier du chemin que j'ai parcouru et de ce que j'ai pu vivre. Si demain tout venait à s'arrêter, j'aurais déjà vécu des trucs fous et j'en suis très reconnaissant.

J'ai conscience que c'est une chance et j'encourage vraiment tout le monde à aller au bout de ce qu'il a envie de faire et de profiter de la vie.


 

Théo Giordanella I 10.09.2023

105 vues

Comments


bottom of page