Ephèse : l'ancien groupe du futur

Dernière mise à jour : 9 nov. 2020

Tous droits sortis d’un mythe ancien ou plutôt tombés d’un vinyle de la French Touch, le groupe Ephèse se qualifie lui même de “Groupe ancien du futur”. Sur des airs électro pop des années 80, Geoffroy à la guitare, Guillaume à la basse, et Azalée au chant développent leur univers cosmique-onirique.

À l’approche de la sortie de leur EP “Prémices” le 17 novembre et du clip de leur morceau “Silver Lining” aujourd’hui, ils nous ont accordé une session bavardage via Zoom.

© theosaffroy

Salut Ephèse, merci de m’accorder un peu de votre temps de confinement ! Pour commencer, racontez moi votre histoire, votre rencontre …

Geoffroy : Guillaume et moi on se connait depuis le collège et on avait déjà fait de la musique ensemble. Bien plus tard on a rencontré Azalée lors d’une soirée, elle nous a chanté Hakuna Matata a capella c’était incroyable ! Ensuite on a fait des trucs en studio, notamment le titre La Plage, on a eu un bon feeling puis on a été playlisté sur deezer entre autre donc on s’est dit qu’il fallait continuer. Aujourd’hui on forme un vrai groupe et on a même un batteur qui nous a rejoint pour les live.


Guillaume : Même si on a fait de la musique ensemble on a quand même des influences différentes. Moi j’ai fais du rock, Geoffroy a fait beaucoup de musique électronique et au final on s’est retrouvé sur un groupe plutôt house/disco avec lequel on a tourné pendant deux ans.

© theosaffroy

Et qu’est-ce qui se cache derrière ce mystérieux nom d’Ephèse ?

Geoffroy : Ephèse c’est une ville qui est maintenant en Turquie et qui était le carrefour de plein de cultures dans l’histoire et dans beaucoup de religions.


Guillaume : D’ailleurs on s’est rendus compte qu’il y avait pleins de kebabs qui s’appellent Ephèse.


Azalée : Exactement ! Mais du coup ça marche encore mieux parce que c’est vraiment ce qu’on voulait exprimer. Une universalité, entre orient et occident.


J’ai lu sur votre soundcloud cette phrase “παλαιά μπάντα από το μέλλον” que google m’a très aimablement traduit en “Groupe ancien du futur”, qu’est-ce que vous entendez par là ?

Geoffroy : C’est toute notre inspiration un peu rétro futuriste et l’univers qu’on essaie de construire sur ce projet. On s’inspire beaucoup de la culture des années 80 à 2000, lorsqu’on s’imaginait à l’époque ce qu’allait être le monde d’aujourd’hui.


Guillaume : On s’inspire un peu de la culture geek, de la BD, de la science-fiction.


Azalée : Il y a un peu ce côté de se rendre à l’évidence que dans la musique finalement quelle que soit l’époque c’est toujours les mêmes thématiques qui reviennent.

© theosaffroy

Justement, quelles sont les thématiques ou les artistes qui vous inspirent durant votre processus d’écriture ?

Geoffroy : C’est très 80 pour le coup. Il y a beaucoup de choses ça va du rock psyché à la French touch à ce qui s’est fait dans les années 2000. MGMT, Bon Voyage Organisation


Guillaume : Tous les groupes qui réinventent les anciens styles. Toute la disco réinventée avec un style moderne comme Parcels.


Pour ce premier EP “Prémices”, comment s’est déroulé la période d’écriture ? Quel est le rôle de chacun ?

Azalée : Avec le temps on a pas mal expérimenté différentes façon de faire. Le plus souvent, Geoffroy et Guillaume vont travailler sur la musique dans un premier temps puis à partir de cette base je vais poser une mélodie, des textes … Ensuite on fait évoluer la structure ensemble. Au niveau des thèmes, ils reflètent notre personnalité assez optimiste.


Geoffroy : un peu naïfs même.


Azalée : On aime l’amour, on aime la fête. À part La Plage sur l’EP qui est un peu plus mélancolique, nostalgique mais qui transmet toujours une certaine “beauté”. Dans Crush, on est plus sur le flirt, la danse …


Certains de vos morceaux sont en français, la plupart en anglais et parfois un