AKKI : ce Type est tellement généreux qu’il nous offre un format papier !

Dix ans déjà que Le Type nous fait l’honneur de dédier sa plume à l’effervescence de la scène artistique locale. C’est aujourd’hui à travers un nouveau format et avec une nouvelle intention que AKKI fait ses premiers pas en tant que revue semestrielle visant à documenter les marges de la région Nouvelle-Aquitaine et les cultures alternatives qui la façonnent.

Le but ? Produire, créer, provoquer de nouveaux récits et échanges sur le territoire, des récits portés par la créativité de nombreux acteurs et actrices culturels.

AKKI, dont le premier numéro paraîtra en décembre 2020, permettra aux rédacteurs et aux rédactrices de mener des reportages et des analyses approfondies en aquitaine, afin de rassasier les lecteurs et de leur proposer une continuité recherchée, minutieuse et tangible du Type


AKKI veut offrir à ses lecteurs une pluralité de points de vue et permettre l’émergence de nouvelles sensibilités en territoire néo-aquitain. Chaque numéro bénéficiera d’un « appel à contributions » afin de récolter de multiples idées permettant d’enrichir la production d’articles et de formats. AKKI dressera un portrait alternatif du paysage culturel de la région, pour se l’approprier et appréhender son environnement plus global, universel et sa nature profonde. Interroger des concepts contemporains sans frontière, telle est l’ambition d’AKKI


Chaque numéro de la revue s’appuiera sur des initiatives culturelles de la région Nouvelle-Aquitaine issues de champs pluridisciplinaires (musique, cinéma, littérature, architecture, design, théâtre et toute forme de création) afin d’interroger un grand thème différent et universel. Pour cette première édition, la rédaction a décidé d’explorer le thème des contre-cultures. Un thème qui fait son entrée dans notre vocabulaire et notre société dans les années 1960, dans un climat politique et social conflictuel. 

Ce concept est-il encore opérant en 2020 ? Comment s’applique t-il à notre région et à son développement culturel ? 

Le but de la revue étant d’explorer les marges culturelles de la région, la notion de contre-cultures semble être une mine d’or pour ses rédacteurs et rédactrices. En effet, une contre-culture prend souvent ses racines dans une terre nourrie d’art, de culture et de révolte créative. Dans ce premier numéro, découvrez la Nouvelle-Aquitaine comme vous ne l’avez jamais vu. Oubliez les cartes postales, les dégustation de bon vin et les drones volants au dessus du miroir d’eau, AKKI vous plonge dans des communautés, des passions et des projets qui clashent avec cette image lisse de notre région, mais qui participent tout autant à son patrimoine artistique bouillonnant.


Si vous êtes déjà conquis par l’âme indépendante en fusion d’AKKI, voilà quelques sujets annoncés que vous aurez la chance de découvrir en décembre : 40 ans de punk en terres d’Aliénor, Documenter l’underground à la Fanzinothèque de Poitiers, Le hip hop et les musiques électroniques sont-elles (encore) des contre-cultures ?

Cas d’étude avec les scènes régionales, L’émergence du skate à Bordeaux et sa place dans l’intégration urbaine (avec également un entretien avec Léo Valls), L’art du détournement subversif, par des artistes plasticiens et graffeurs du territoire, La scène basque, du rock radical à l’ère des festivals, Focus sur le VOID, dernier bastion des cultures alternatives du centre-ville bordelais et terreau fertile de « l’intelligence punk » (lire notre article sur la fermeture du VOID).

Si des projets comme AKKI se construisent avec toute l’ambition, le courage, la passion, la volonté et le talent d’acteurs culturels régionaux, la presse indépendante vit également grâce aux donations de ses admirateurs, amoureux de liberté et d’art. Le crowdfunding mis en place par AKKI sur la plateforme KissKissBankBank permettra de financer l’impression de 1000 exemplaires, au sein d’une imprimerie basée en Gironde, ainsi que l’identité visuelle, le design graphique et le maquettage de la revue, dont la direction artistique est confiée au studio bordelais Bureau Nuits


130 pages d'entretiens, de reportages, d’informations, de recherches, de créativités plurielles et uniques, d’exclusivité sur les contre-cultures de notre belle région, et ça, grâce à votre geste !   

Le crowdfunding est disponible ici jusqu’au jeudi 19 novembre. 

Louise Naudot I 11.11.2020